Par Astrid Van Laer

"C’est ça l’avenir du Bangladesh ? Si on continue comme ça, les maladies vont ravager la population."

Hugo Clément et Clément Brelet se sont rendus à Dacca, la capitale du Bangladesh, qui croule sous les déchets. À tel point que le cours d’eau qui la traverse est devenu une immense décharge et presque tous ses habitants ont des problèmes de santé.

Et pour cause : le pays produit 800 000 tonnes de déchets plastique chaque année dans ses 3 000 usines, qui font travailler 2 millions de personnes. Depuis des dizaines d’années, les gens ont pris l’habitude d’y jeter leurs déchets et la mairie dit ne pas avoir les moyens de les ramasser. Les habitants tentent eux-mêmes de les faire disparaître en y mettant feu, provoquant des fumées ultra-toxiques qui causent des maladies respiratoires.

Pour Saleemul Huq, expert des questions environnementales et directeur de l’ICCCAD (International Centre for Climate Change and Development), le Bangladesh "est l’un des acteurs principaux du problème du plastique dans les océans au niveau mondial".

Konbini s’est également rendu dans une recyclerie, où quelques habitants ramassent le plastique, le trient et le vendent aux grosses usines de recyclage.