© Wojtek RADWANSKI / AFP

"Zones anti-LGBTI" en Pologne : le Parlement européen condamne une mesure discriminatoire

Et s'inquiète du nombre croissant d'agressions contre les personnes LGBTI dans l'UE.

Le Parlement européen a condamné mercredi 18 décembre la proclamation en Pologne de zones "libres de toute idéologie LGBTI" (lesbiennes, gays, bisexuels, transgenres et intersexes), réclamant un contrôle accru de l’utilisation des fonds européens.

Dans un texte adopté à Strasbourg par 463 voix pour (107 contre et 105 abstentions), les eurodéputés "exhorte(nt) les autorités polonaises à révoquer toutes les résolutions" non contraignantes prises dans des dizaines de municipalités ou comtés polonais se déclarant "libres de toute idéologie LGBTI". 

Publicité

Depuis le début de l'année plus de 80 régions, comtés ou municipalités ont adopté des résolutions se déclarant "libres de toute idéologie LGBT", ou ont adopté une "Charte régionale sur les droits de la famille" qui discrimine les parents célibataires et les familles LGBT, a précisé le Parlement européen dans un communiqué de presse.

Sur une carte interactive réalisée par un internaute baptisée l'Atlas de la Haine, on peut voir en rouge où se trouvent ces zones anti-LGBTI.

Publicité

©https://atlasnienawisci.pl/

Des déclarations homophobes dans des discours de campagne

Bien que ces résolutions ne soient pas juridiquement contraignantes, elles encouragent les élus "à s’abstenir de toute action visant à encourager la tolérance à l’égard des personnes LGBTI et à ne pas fournir d’aide financière aux ONG qui œuvrent en faveur de l’égalité des droits", rappelle le Parlement. 

Pour appuyer leur message, les députés européens ont "demandé à la Commission de contrôler l’utilisation de tous les fonds de l’UE, de rappeler […] que de tels fonds ne doivent pas être utilisés à des fins discriminatoires".

Publicité

En Pologne 60% des jeunes LGBTI ont déjà eu des pensées suicidaires, selon des chiffres avancés par le Parlement européen.

Au-delà de la situation en Pologne, le Parlement européen a fait part de sa "profonde préoccupation face au nombre croissant d’agressions contre les lesbiennes, gays, bisexuels, transgenres et intersexuels dans l’UE par les États, les fonctionnaires, les gouvernements nationaux et locaux ainsi que les responsables politiques". 

Les députés pointent du doigt des déclarations homophobes lors de campagnes référendaires ou électorales en Roumanie, en Estonie, en Espagne, au Royaume-Uni, en Hongrie et en Pologne.

Publicité

Konbini news avec AFP

Par Clothilde Bru, publié le 19/12/2019

Pour vous :