© Fayez Nureldine / AFP

XXIe siècle : les Saoudiennes autorisées à voyager sans l'accord d'un "gardien" masculin

Elles pourront aussi être titulaires de l'autorité parentale sur leurs enfants mineurs.

En Arabie saoudite, le système est tel que les femmes sont, toute leur vie, assimilées à des mineures et sont par conséquent soumises à l’autorité arbitraire d’un "gardien masculin", pouvant être leur mari, leur père ou tout autre parent… détenteur de chromosomes X et Y.

Ces derniers mois, ces restrictions moyenâgeuses ont été décriées à de nombreuses reprises par des associations et militants de la défense des droits humains. Ainsi, plusieurs jeunes femmes ont faussé compagnie à leur "gardien", prenant la fuite à l’étranger.

Publicité

Jeudi, le gouvernement saoudien a finalement annoncé la grande nouvelle : les femmes vont désormais être autorisées à obtenir un passeport et à voyager à l’étranger sans l’accord préalable d’un "gardien" de sexe masculin. Et il paraît qu’on doit se réjouir, même si cela n’arrive que maintenant.

"Un pas de géant"

"Un passeport sera délivré à tout ressortissant saoudien qui en fera la demande", proclame donc désormais un décret gouvernemental publié dans le journal officiel.

Selon plusieurs médias citant des sources officielles, cette nouvelle règle signifie que toute Saoudienne âgée de 21 ans ou plus va pouvoir obtenir un passeport et quitter le pays sans la permission de son "gardien".

Publicité

Plusieurs médias ont salué la mesure, à l’instar du journal progouvernemental Saudi Gazette, d’après lequel il s’agit d'"un pas de géant pour les femmes saoudiennes".

"Les rêves de certaines femmes ont été brisés à cause de leur impossibilité de quitter le pays pour […] étudier à l’étranger, pour répondre à une offre d’emploi ou même pour fuir si elles le désiraient", a commenté sur Twitter la femme d’affaires saoudienne Muna AbuSulayman, avant d’ajouter :

"Ce changement signifie que les femmes sont sur la voie de prendre totalement le contrôle de leur destinée légale."

Publicité

En effet, cette avancée n’arrive pas seule : les Saoudiennes pourront désormais déclarer officiellement une naissance, un mariage ou un divorce, et être titulaires de l’autorité parentale sur leurs enfants mineurs, des prérogatives jusqu’ici exclusivement réservées aux hommes.

Des militantes menacées

La décision d’autoriser les Saoudiennes à voyager librement s’inscrit dans la série de mesures de libéralisation décidées ces dernières années par le prince héritier Mohammed ben Salmane, à la tête de ce royaume ultraconservateur.

La plus emblématique de ces réformes a été celle permettant aux femmes de conduire une voiture, en juin 2018. Les femmes ont également été autorisées récemment à assister à des matches de football.

Publicité

Des réformes impactant certes la vie quotidienne de nombreuses citoyennes saoudiennes, mais largement insuffisantes tant que le système de "gardien masculin" n’était toujours pas aboli. Mais cette incroyable avancée progressiste ne permet toutefois pas de faire oublier le procès en cours contre onze militantes qui s’étaient élevées publiquement contre ce système patriarcal et liberticide.

La plus célèbre de ces militantes, Loujain al-Hathloul, a écopé d’une peine de trente ans en prison cette semaine. Elle et plusieurs autres activistes, poursuivies pour des contacts avec des médias étrangers, des diplomates et des organisations de défense des droits humains, affirment avoir été torturées et harcelées sexuellement pendant leur détention.

Konbini avec AFP

Par Astrid Van Laer, publié le 02/08/2019

Copié

Pour vous :