Weinstein inculpé pour deux nouveaux cas de viols, dès l'ouverture de son procès

La magnat déchu d'Hollywood est accusé de deux nouveaux cas d'agression sexuelle commis en 2013.

Harvey Weinstein est loin d’en avoir fini avec la justice. Accusé de multiples agressions sexuelles, le magnat déchu d’Hollywood a été inculpé lundi à Los Angeles pour deux nouveaux cas, au moment même où son procès, rendez-vous aussi crucial que symbolique pour le mouvement #MeToo, s’ouvrait à New York.

Il est accusé d’être entré de force dans la chambre d’hôtel d’une femme pour la violer, le 18 février 2013, puis d’en avoir agressé une autre dans une chambre d’hôtel de Beverly Hills le lendemain, selon un communiqué de la procureure du comté de Los Angeles, Jackie Lacey, transmis à l’AFP.

Publicité

L’identité des deux victimes n’a pas été précisée à ce stade et l’enquête, entamée voici deux ans à la suite des premières plaintes suscitées par le mouvement #MeToo, se poursuit à Los Angeles.

Le producteur de cinéma, accusé de multiples abus sexuels par des vedettes ou des femmes anonymes, risque jusqu’à 28 ans de prison s’il est condamné en Californie. Les services du procureur ont demandé une caution de cinq millions de dollars.

Un procès rarissime

Harvey Weinstein n’a fait aucune déclaration avant ou à l’issue d’une première audience très technique, qui n’a duré qu’une heure. Il ne devrait pas non plus témoigner lors de ce procès, censé durer six semaines.

Publicité

Vêtu d’un costume sombre, l’ancien magnat d’Hollywood de 67 ans, qui marche difficilement avec un déambulateur suite à des problèmes de dos, a croisé certaines de ses accusatrices lundi matin à son arrivée au tribunal d’État de Manhattan, pour le premier jour de son procès. Il a dû passer devant une quinzaine de femmes qui l’accusent de les avoir agressées sexuellement – sur plus de 80 au total – armées de pancartes demandant "Justice pour les survivantes".

Parmi elles figuraient les actrices Rosanna Arquette et Rose McGowan, qui se sont par la suite réjouies de l’inculpation de M. Weinstein à Los Angeles dans un communiqué signé par 25 femmes ayant dénoncé ses agissements.

Le procès et les nouvelles inculpations sont "une indication claire que les risques que nous avons pris et les conséquences que nous avons subies n’étaient pas inutiles […]. Ceci est un jour nouveau pour notre société", écrivent-elles.

Publicité

Si plus de 80 femmes, dont Gwyneth Paltrow, Angelina Jolie ou Léa Seydoux, ont accusé M. Weinstein de les avoir harcelées ou agressées sexuellement, le procès ne concerne directement que deux d’entre elles, signe de la difficulté à construire un dossier pénal sans preuve matérielle et sans témoin, autour de faits remontant souvent à plusieurs années.

Par Manon Marcillat, publié le 07/01/2020

Pour vous :