© DR

Violences conjugales : elle porte plainte contre son mari... et elle est condamnée

"Adèle Haenel a raison : faut-il porter plainte ?", s'est insurgée la comédienne Éva Darlan.

Le 7 août 2018, une violente altercation a éclaté au domicile de Tristan et Solène Duval, qui s’étaient mariés à l’été 2016. La jeune femme a eu une côte cassée et de multiples contusions – des blessures ayant entraîné 14 jours d’interruption temporaire de travail (ITT). Une photo publiée sur les réseaux sociaux la montre le visage tuméfié et en larmes.

Elle a expliqué avoir été poussée contre un grillage par son époux, par ailleurs maire de Cabourg depuis 2014. Celui-ci nie les faits et assure qu’elle est tombée seule sur ce grillage. Il l’accuse également de lui avoir déchiré son pull et de l’avoir mordu, entraînant une journée d’ITT. Solène Duval a expliqué avoir été contrainte de le mordre pour se défendre.

Publicité

Tristan Duval a été reconnu coupable des faits de violences conjugales et a écopé d’une peine de trois mois de prison avec sursis ainsi que de 2 500 euros d’amende. L’édile en exercice a fait appel de ce jugement mais a également porté plainte contre son ex-conjointe.

Solène Duval a donc elle aussi été condamnée à s’acquitter d’une amende de 1 500 euros, avec 10 000 euros de sursis – une décision dont elle a fait appel. Son avocat, Maître Sebag, s’est insurgé contre le verdict, déclarant : "Cette condamnation est un mystère, je ne me l’explique pas. Le signal envoyé à toutes les femmes victimes de violences est ahurissant", rapporte Le Figaro.

"Elle a eu la mauvaise idée de porter plainte"

Et il n’est pas le seul à penser ça. La comédienne Éva Darlan, très impliquée dans la lutte contre les violences conjugales, a publié un message dans lequel elle explique avoir été présente au procès et déclare : "La procureure [avait] demandé la relaxe de Solène. Vu la tenue du procès, nous étions certains que le plaignant serait débouté."

Publicité

Et elle conclut :

"Adèle Haenel a raison : FAUT-IL PORTER PLAINTE ? Lui fait appel de sa condamnation et elle aussi, sans croire désormais que la justice est sans influence. Le maire de Cabourg vise sa réélection et l’on murmure qu’il a le bras long."

Publicité

Une pétition, lancée par Justine Cassar (militante d’Osez Le Féminisme) et demandant la destitution de Tristan Duval de la municipalité de Cabourg a déjà recueilli plus de 80 000 soutiens. On peut notamment y lire :

"Nous avons honte et nous refusons qu’un homme violent qui crache sur des milliers de femmes victimes de violences conjugales puisse encore être un élu de notre République."

Beaucoup voient dans la condamnation de Solène Duval un terrible message adressé aux femmes victimes de violences conjugales. Sur les réseaux sociaux, les messages d’indignation ("Elle a eu la mauvaise idée de porter plainte") se multiplient depuis plusieurs jours et le hashtag #SupportSolene a été créé :

Publicité

Par Astrid Van Laer, publié le 22/11/2019

Copié

Pour vous :