AccueilSociété

Vidéo : Vivre sans l'odorat

Publié le

par Anouck Renaud

"C'est seulement quand on perd l'odorat qu'on se rend compte de son importance".

Laura est née sans nerf olfactif, et n’a donc jamais été capable de sentir les odeurs qui l’entourent. Ce handicap s’appelle l’anosmie congénitale.

Souvent, on lui dit que son handicap n’est pas si grave, et que le sens de l’odorat est moins important que la vue ou l’ouïe. Pourtant, ne pas sentir peut être dangereux. Odeur de brûlé, fuite de gaz, aliments périmés… Impossible sans le nez de prévenir certains dangers imminents. Impossible également pour Laura de profiter pleinement de la nourriture qu’elle consomme : "En général, les anosmiques développent également une agueusie, une perte partielle ou totale du goût. Moi par exemple, je ne ressens pas pleinement les saveurs, juste les textures."

Malgré ce sens en moins, la jeune femme a appris à faire avec, et considère avoir une vie "presque normale". Le plus difficile selon elle, c’est sans doute lorsque l’anosmie arrive brutalement, alors qu’on a pu sentir toute sa vie. Suite à un accident, une prise de médicaments inadaptée, ou même une maladie comme la Covid-19, n’importe qui peut être touché par cette pathologie, de manière ponctuelle ou permanente. Une disparition brutale de l’odorat peut bouleverser la manière de percevoir le monde, en entraînant dépression, perte de libido et perte totale des repères.

Pour les personnes anosmiques de naissance, comme Laura, il n’existe pour le moment pas de manière de reconstruire le nerf olfactif et donc pas de possibilité de sentir un jour.