Vidéo : "Travailleuses du sexe, nous avons aussi droit à la sécurité"

"La stigmatisation est ce qu’il y a de plus violent dans cette activité."

Le tragique meurtre de Vanesa Campos, une prostituée transgenre abattue par balle au bois de Boulogne en août 2018, a permis de mettre en lumière les risques dramatiques qu’encourent les travailleuses du sexe, dont Anaïs fait partie.

Publicité

Elle accepte de témoigner face caméra des conditions dangereuses dans lesquelles elle exerce son métier et de l’aggravation de celles-ci depuis la loi de 2016, qui pénalise le client.

Par Astrid Van Laer, publié le 21/01/2019

Copié

Pour vous :