© Instagram – @lafillequiadestaches

Vidéo : "On m'a toujours appelée et surnommée 'la fille qui a des taches'"

"Ça engendre beaucoup de regards, de questions, de gens qui prennent des photos."

Julie Bullier, alias @lafillequiadestaches sur Instagram, a des angiomes sur 70 % de son corps. "C’est dû à un problème circulatoire et ça fait des taches de naissance", nous explique-t-elle. Pendant très longtemps, notamment l’été, dans le métro ou à la plage, elle se couvrait au maximum afin d’éviter les moqueries, certains allant même jusqu’à la prendre en photo avant de choisir d’exposer sa différence sur les réseaux sociaux.

La jeune femme, qui cumule près de 12 000 abonnés, prône l’acceptation de soi. Mais elle est aussi parfois victime de cyberharcèlement. "Les taches, ça passe encore, mais qu’elle perde 50 kg, ce serait mieux", a-t-elle notamment pu recevoir. Mais Julie assure qu’elle "continuera toujours" pour aider les milliers d’internautes qui, comme elle, sont victimes de cyberharcèlement ou ont une différence physique dont ils peuvent eux aussi faire une force.

Publicité

Par Astrid Van Laer, publié le 05/12/2019

Pour vous :