Vidéo : interprètes afghans, un abandon français

"Au téléphone, on m'a dit qu'on allait me tuer et me décapiter."

En 2001, la France entre en guerre et envoie un contingent en Afghanistan. Sur le terrain, les troupes françaises ont besoin de l’aide d’interprètes locaux. Ces derniers prennent même parfois les armes aux côtés des soldats français. Mais lors du retrait des troupes françaises, les interprètes sont laissés sur place et leurs demandes de visas sont pour beaucoup refusées.

Publicité

Considérées comme des "infidèles", des "espions" et des "traîtres" pour la population locale ainsi que les talibans, beaucoup sont menacés de mort et attendent encore que la France leur délivre des autorisations de venir se réfugier sur son territoire. Le journaliste Brice Andlauer, qui a coécrit Tarjuman, a enquêté sur le sujet, qualifié d’une "trahison française". Il nous raconte.

Par Astrid Van Laer, publié le 15/02/2019

Copié

Pour vous :