© SPA de Dunkerque

Vidéo d'un chaton dans un micro-ondes : la SPA porte plainte

"Cette vidéo est d’une horreur absolue, le pauvre chaton se débattant de toutes ses forces en hurlant de douleur !"

"Nous vous vomissons toute notre haine" : un refuge de la SPA de Dunkerque a eu bien du mal à cacher son dégoût et son indignation après avoir visionné la vidéo d’un chaton placé par des adolescents dans un micro-ondes. Ceux-ci ont ensuite posté la vidéo sur Snapchat, accompagnée d’émojis montrant un bonhomme qui "pleure de rire", comme le raconte l’association sur sa page Facebook :

"Il y a quelques jours, une dame est venue nous rencontrer afin de nous montrer la vidéo de deux adolescents mettant un chaton dans un micro-ondes et l’allumant.

Cette vidéo est d’une horreur absolue, le pauvre chaton se débattant de toutes ses forces en hurlant de douleur ! Nous ne mettrons pas cette vidéo sur notre page, pour ne pas choquer et ne pas dévoiler le visage de ces deux abrutis (même s’ils le mériteraient) !!!"

Publicité

Et d’ajouter : "Nous avons réussi à obtenir leur nom, leur résidence et bien évidemment une plainte pour mauvais traitements est déposée. Nous ne vous lâcherons pas, car à votre âge vous êtes responsables de votre méchanceté, de votre médiocrité !" Le refuge, qui s’occupe désormais du chaton, assure toutefois "qu’il reste d’une gentillesse inouïe malgré ce qu’il a subi".

Michel Vanwaefelghem, le directeur de la SPA de Dunkerque, a confié à France 3 Hauts-de-France des nouvelles effectivement très rassurantes concernant l’état de santé de l’animal au regard des violences qu’il a subies. Sur la vidéo, "le chaton gratte au niveau des parois, puis on l’entend hurler de douleur", rapporte-t-il, avant d’être plus rassurant :

"Son état de santé général est très bon. Je suis étonné qu’il n’ait pas de séquelles. Quand on voit la vidéo, on pouvait s’attendre à des dégâts sur l’animal. C’est un bon petit chat, très câlin et qui ronronne, gentil comme tout."

Publicité

Par Konbini News, publié le 18/12/2019

Pour vous :