Une influenceuse victime de cyberharcèlement après avoir parlé de sexe dans une vidéo

La vidéo a été supprimée par Yahoo après que la jeune femme a été harcelée et insultée.

"Sale pute", "grosse pute", "pute à nègre"… Depuis que l’influenceuse Clarisse, connue sous le nom de @clarification sur Twitter, a parlé de fellation dans une vidéo diffusée sur Yahoo Style, elle est la cible de la foudre de nombreux internautes scandalisés.

Dans la vidéo, intitulée "Premier acte", elle démystifie la première fois où elle a pratiqué la fellation. "C’était catastrophique", "j’étais pas à l’aise du tout", raconte-t-elle sans détour, expliquant notamment avoir eu beaucoup de mal avec le fait que l’homme lui tenait la tête.

Publicité

Elle conseille donc aux jeunes de "ne pas faire comme elle" lors de leur première fois, notamment pour éviter les traumatismes : "le faire avec un mec avec qui on est à l’aise", "dans un endroit où on est à l’aise", et surtout "il ne faut jamais se forcer", explique-t-elle. Elle y évoque également les maladies sexuellement transmissibles et conseille d’utiliser des préservatifs même en dehors de la pénétration.

La plateforme Yahoo a pris la parole en expliquant avoir été contrainte de supprimer la vidéo en raison de la vague de cyberharcèlement subie par la jeune femme, dont le profil semble avoir temporairement disparu de Twitter.

Et aux internautes qui craignaient que de jeunes adolescents de 12 ans tombent sur cette vidéo, Yahoo a répondu : "Sachez que l’âge minimum pour s’inscrire sur Twitter est de 16 ans. Si vous avez un compte avant vous ne respectez pas les conditions d’utilisation."

Publicité

Publicité

Publicité

Sur Twitter, une jeune femme a lancé le hashtag #JeSuisClarisse "afin d’interpeller Twitter sur le harcèlement qui sème la discorde sur ce réseau et qui blesse ses usagers". "Il n’est pas là pour que vous régliez vos comptes avec les autres usagers. Il s’agit d’une dénonciation de comportement, pas d’individus", précise-t-elle. Et il est déjà un succès :

Par Astrid Van Laer, publié le 22/11/2019

Copié

Pour vous :