AccueilSociété

Une étudiante sur vingt dit avoir été victime de viol

Publié le

par Astrid Van Laer

Manifestation place de la République à Paris, septembre 2018. © Zakaria ABDELKAFI / AFP

Et une étudiante sur dix d'une agression sexuelle.

C’est le constat dramatique qui ressort d’une enquête dans l’enseignement supérieur parue ce lundi : une étudiante sur vingt a déjà été victime de viol, une sur dix d’agression sexuelle. Des violences attribuées notamment à "l’effet de groupe" ou à l’alcool, d’après les répondants à cette étude.

Cette enquête a été réalisée par l’Observatoire étudiant des violences sexuelles et sexistes dans l’enseignement supérieur, qui s’est constitué en mai 2019, avec l’objectif d’évaluer l’ampleur du phénomène. Un questionnaire, diffusé en ligne entre avril et décembre 2019 auprès des étudiants d’une cinquantaine d’universités, prépas, grandes écoles, BTS, DUT, a reçu 10 381 réponses, majoritairement provenant de femmes (76 %).

"Même si la méthode choisie a été conçue et validée par un groupe de travail interprofessionnel, cette enquête reste avant toute chose une initiative étudiante", précisent les auteurs. Parmi les principaux enseignements, une étudiante sur 20 (5 %) dit avoir été victime de viol. Une étudiante sur 10 (11 %) a été victime d’agression sexuelle. C’est aussi le cas de 5 % des hommes, selon cette étude.

L’effet de groupe (20 %), l’impunité (18 %), la consommation excessive d’alcool (18 %) et le manque d’éducation des étudiants (18 %) sont les causes de violence le plus souvent énoncées dans le questionnaire.

Des faits souvent commis en soirée ou en week-end hors du campus

Au total, 34 % des étudiants déclarent avoir été victimes ou témoins de violences sexuelles : pour 24 % d’entre eux, les violences ont été subies sous l’emprise de l’alcool. Les faits de violence physique sont plutôt commis en soirée ou en week-end hors du campus : c’est le cas pour 56 % des viols. Ces violences sont principalement le fait d’étudiants. "Il s’agit donc souvent du cercle d’amis proches et de personnes connues de la victime", souligne le rapport.

Par ailleurs, 35 % des hommes questionnés considèrent leur établissement comme égalitaire, contre 27 % des femmes. La proportion de répondants qui considèrent leur établissement comme sexiste augmente significativement avec les années d’études. "Nous faisons l’hypothèse que les étudiantes et étudiants […] prennent conscience de la réalité des violences sexistes au fur et à mesure de leur vie étudiante", soulignent les auteurs de l’enquête.

Les dispositifs mis en place par les établissements pour faire face à ce type de situations sont méconnus, souligne enfin le rapport. En effet, plus d’un quart des répondants ne savent pas s’il en existe dans leur établissement et 18 % considèrent qu’il n’en existe aucun.

Konbini news avec AFP

À voir aussi sur news :