AccueilSociété

Un Indien accusé de tentative de viol devra laver le linge des 2 000 femmes de son village

Publié le

par Astrid Van Laer

Image d’illustration. © REUTERS / Shailesh Andrade

Et ce pendant six mois. Il devra acheter les détergents et tout le matériel nécessaires au lavage et repassage du linge.

Un Indien accusé de tentative de viol a été libéré sous caution à condition qu’il lave et repasse, à ses frais, le linge de toutes les femmes de son village pendant six mois. 

Lalan Kumar, 20 ans, blanchisseur de profession, devra acheter les détergents et tout le matériel nécessaires au lavage et repassage du linge d’environ 2 000 femmes de Majhor, son village situé dans l’État du Bihar, dans le nord-est du pays, selon la décision de justice rendue mercredi.

Santosh Kumar Singh, un officier de police du district de Madhubani, dans le Bihar, a déclaré que Lalan Kumar avait été arrêté en avril dernier, notamment pour tentative de viol. Aucune date n’a encore été fixée pour son procès.

Plus de 28 000 viols signalés dans le pays en 2020

"Toutes les femmes du village sont heureuses de la décision du tribunal", a pour sa part déclaré Nasima Khatoon, la responsable du conseil du village. "C’est une décision historique. Cela va renforcer le respect pour les femmes et aider à protéger leur dignité", a ajouté Nasima Khatoon, l’une des dignitaires du village qui surveillera Lalan.

Les villageoises estiment que cette décision a eu un impact positif en faisant de la criminalité contre les femmes un sujet de débat et de discussion dans leur communauté. "C’est une étape remarquable et un type de punition différent qui envoie un message à la société", a déclaré Anjum Perween, une résidente de Majhor.

Les lois indiennes ont été durcies à l’égard des violeurs après le viol collectif d’une jeune femme, décédée de ses blessures, en 2012 à New Delhi. L’affaire avait choqué le monde entier.

Plus de 28 000 viols ont été signalés dans le pays en 2020 et la police est depuis longtemps critiquée pour ne pas en faire assez pour prévenir les crimes violents et ne pas porter les affaires d’agression sexuelle devant les tribunaux.

Konbini news avec AFP

À voir aussi sur news :