AccueilSociété

Un homme avait prédit la contamination de Trump grâce à l’envol d'avions nucléaires

Publié le

par Benjamin Bruel

Quel est le lien entre le président des États-Unis qui attrape le Covid-19 et deux "avions nucléaires" qui prennent leur envol ?

Ce vendredi 2 octobre 2020, au matin, la Maison Blanche a annoncé que Donald Trump et sa femme, Melania Trump, avaient été testés positifs au Covid-19.

Mais un twittos était au courant depuis une bonne heure. Tim Hogan, qui se présente sur le réseau social comme spécialiste des relations internationales, avait repéré sur un site de tracking du réseau aérien la présence d’un avion E-6B Mercury en plein vol au-dessus de la côte est américaine, au large de Washington. 

Quelques dizaines de minutes plus tard, il repérait un même avion E-6B à proximité de la côte ouest, au-dessus de la Californie cette fois. "Mon opinion est qu’il veut être vu", écrit-il sur Twitter.

Ces deux avions sont surnommés "avions nucléaires" ou "avions de l’apocalypse". Les Boeing E-6 Mercury, dérivés des Boeing 707, sont deux postes de commandement aéroportés de l’US Navy mis en place dans le cas où une riposte nucléaire serait nécessaire.

Ils sont équipés de tout un arsenal électronique d’analyse et de communication capable de transmettre des ordres de tir nucléaire aux sous-marins en plongée à proximité du pays.

L’armée de l’air américaine en possède 16 de ce type et s’il n’est pas anormal que l’un d’entre eux soit dans les airs, le fait que deux s’envolent sur chaque côte américaine à ce moment précis n’est pas sans signification. "J’ai regardé [le site de tracking] parce que je m’attendais à ce qu’ils soient de sortie [si Donald Trump] était testé positif. C’est un message à notre petit groupe d’adversaires possédant des SLBMs et des ICBMs", ajoute-t-il sur le réseau social.

Les SLBMs, pour Submarine launched ballistic missile, sont des engins sous-marins contenant des lanceurs de têtes nucléaires. Les ICBMs, pour Intercontinental ballistic missile, sont des missiles balistiques à longue portée.

En un mot, la présence de ces deux avions dans le ciel américain est un moyen de montrer aux rivaux des États-Unis – Russie, Chine, Corée du Nord pour ne citer qu’eux – que si Donald Trump est malade, les capacités et l’organisation militaire du pays sont bien en place, que le commandement en chef soit malade ou non. Le médecin de la Maison Blanche a d’ailleurs annoncé, dans un communiqué, que le "président continuerait à prendre en charge ses responsabilités tout en recouvrant la santé".

D’autant plus que ce type d’avion a évidemment la capacité de dissimuler sa présence des sites de tracking aériens. Le fait qu’ils s’affichent si volontairement est définitivement un message. Bien reçu.

À voir aussi sur news :