Marlène Schiappa, le 22 mai 2019. © STEPHANE DE SAKUTIN / AFP

"Tu l'as vue la nana ?" : Marlène Schiappa saisit le CSA après l'échange polémique sur RMC

La secrétaire d'État a dénoncé des propos qui contribuent à la culture du viol.

Une séquence de l’émission de RMC L’After Foot du 6 juin a choqué de nombreuses personnes : on y voit le journaliste Daniel Riolo et l’ancien footballeur Jérôme Rothen discuter du physique de la jeune femme qui accuse le footballeur Neymar de l’avoir violée, le 15 mai dernier, à Paris.

"T’as vu la nana ? Mais t’as vu la nana ?", a demandé Daniel Riolo, en direct, alors qu’ils parlaient de la victime présumée. "J’ai pas pu m’empêcher de penser un truc un peu con", avait entamé (ou prévenu ?) Daniel Riolo avant de balancer : "Je veux dire, tu fais venir une nana du Brésil, je m’attendais à ce que ce soit un avion de chasse intersidéral."

Publicité

Ce dernier avait rapidement été recadré par le présentateur, Nicolas Vilas – "Ça, effectivement, c’est très con" –, mais sans succès puisqu’il a poursuivi : "J’étais vachement déçu." Et son confrère Jérôme Rothen de déclarer : "C’est de la deuxième division."

"Franchement, le mec, il peut avoir tout ce qu’il veut, il a pris une Ligue 2", ajoute-t-il. Le présentateur a tenté de les recadrer, une seconde fois en lançant un "Non, mais vous êtes tarés, les mecs". Mais ce fut en vain, puisqu’ils ont enchaîné avec le dialogue suivant :

– "Quand tu t’appelles Neymar, t’as un minimum de qualité. Normalement, c’est Champions League. Au moins, ça passe les huitièmes."

– "Faire venir, prendre l’avion… Et tu vois ça débarquer et en plus, à l’arrivée, tu te retrouves dans la merde."

– "T’as joué les barrages quoi, c’est un Lorient."

Publicité

Publicité

"Bêtise crasse et méchanceté notoire"

La secrétaire d’État chargée de l’égalité entre les femmes et les hommes, Marlène Schiappa, a réagi en déclarant : "Je pense à toutes les femmes qui hésitent à dénoncer/porter plainte après avoir été violées ou agressées sexuellement et qui craignent ce type de remarques." Elle a également fait savoir qu’elle allait signaler ces propos au Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) :

"Évidemment, je signale ces propos au CSA. Au-delà de leur bêtise crasse, de leur méchanceté notoire et de leur méconnaissance de la culture du viol, ils offensent les femmes, (et par ailleurs nuisent à l’image du foot)."

Dimanche 9 juin, elle est intervenue dans l’émission, qui consacrait quelques minutes au "dérapage de jeudi, relatif à l’affaire Neymar". Daniel Riolo s’est adressé à elle, en s’excusant à demi-mot :

Publicité

"Que ce soit clair : ce que j’ai dit sur la femme impliquée dans cette affaire, c’était totalement déconnecté du viol présumé. Je faisais évidemment pas du tout référence à cela, aucun sous-entendu là-dessus, vraiment. Juste une blague déplacée avec Jérôme comme il peut arriver qu’on en fasse dans L’After.

Je tenais à ce que ce soit clair […] parce que je ne voulais surtout pas apparaître comme le grand méchant loup qui sous-entend que c’est pas grave, ce qui s’est passé, ou ce qui ne s’est pas passé."

Marlène Schiappa a alors répondu : "J’ai vu vos excuses, et c’est totalement à votre honneur de comprendre les réactions que ça a pu susciter et de vous excuser à cet égard." Puis elle a poursuivi : 

"Néanmoins, ce qui contribue à la culture du viol – qui est un concept qui relève de tout ce qui tend à minimiser, excuser, plaisanter, voire promouvoir une forme de culture du viol et donc de légèreté autour des agressions sexuelles, du harcèlement sexuel et des viols que vivent les femmes et certains hommes – c’est notamment, justement, ce type de propos, c’est-à-dire ce qui consiste à se moquer des femmes qui accusent de viol."

Et la secrétaire d’État de conclure :

"Je prends la parole en pensant à toutes les femmes qui regardent votre émission, parce que je sais qu’elles sont aussi nombreuses, qui ont entendu ces propos et qui se disent 'Ben mince, moi aussi, si je porte plainte pour dénoncer les viols ou agressions sexuelles que j’ai subis, peut-être qu’on va me dire dans mon entreprise, dans ma fac, dans mon quartier : 'C’est pas possible, t’as pas pu être violée parce que t’es trop moche, trop grosse' ou on va se moquer de moi, me dire que je suis trop vieille, que je n’ai pas eu le bon comportement, etc.'"

Jérôme Rothen s’est également exprimé sur Twitter hier : "Je tiens à présenter mes excuses suite aux propos tenus jeudi dernier concernant l’affaire Neymar. Ce n’est pas acceptable, et je regrette de ne pas en avoir pris conscience sur le moment." Il a été imité par Daniel Riolo, qui a publié sur le réseau social le message suivant :

"Suite à l’émission de jeudi… comme Jérôme, je m’excuse pour le passage sur l’affaire Neymar.

Évidemment on imaginait pas choquer et évidemment il n’y avait aucun mauvais sous-entendu. C’était juste mauvais. À ce soir dans L’After pour oublier ce moment pénible."

Des excuses qui n’ont pas convaincu la militante féministe Caroline de Haas, qui lui a rétorqué :

Par Astrid Van Laer, publié le 10/06/2019

Copié

Pour vous :