AccueilSociété

Sur les réseaux sociaux, un appel à "agresser" les Chinois circule

Publié le

par Astrid Van Laer

© Olivier DOULIERY / AFP

SOS Racisme et la Licra ont d'ores et déjà réagi, appelant à signaler ces propos.

Depuis quelques jours, des appels à "agresser chaque chinois" en Île-de-France circulent sur les réseaux sociaux. C’est l’Association des jeunes chinois de France (AJCF) qui a alerté hier, écrivant :

"Les messages haineux et d’incitation à la violence se multiplient. De ce fait, le collectif Sécurité pour tous et l’AJCF lancent L’ALERTE GÉNÉRALE contre ce qui s’apparente à une incitation à la chasse aux Asiatiques de France."

Ce message s’accompagnait de plusieurs captures d’écran, parmi lesquelles on peut notamment lire "ça va aller dans le 13e chasser du chinois", ou encore "Hitler aurait dû tuer les Chinois, pas les Juifs". Certains de ces commentaires haineux récoltant parfois une dizaine de mentions "J’aime". Celui qui a plus circulé écrivait :

"J’appelle tous mes renois et tous mes rebeus du 91, 92, 93, 94, 95 à agresser chaque Chinois qu’ils croiseront dans la rue."

Et un internaute de lui répondre : "Mdr t’es un malade. Comment ça, que ceux d’Île-de-France ? Moi j’appelle tous les renois et les rebeus de FRANCE à agresser chaque Chinois qu’ils croiseront dans la rue." Le premier compte Twitter a depuis été suspendu, le second semble avoir été supprimé.

"Si vous êtes asiatique, prenez les précautions maximales"

Plusieurs associations ont rapidement réagi. "Si vous êtes asiatique, prenez les précautions maximales. Si vous n’êtes pas asiatique, veillez sur votre prochain", écrit l’AJCF, qui enjoint les victimes ou témoins d’actions ou de propos répréhensibles à "porter plainte" ou à "le signaler à une association", arguant : "Sans plainte, il n’y a officiellement aucun délit, crime ou même victime." "Évitons au maximum d’autres drames inutiles", ajoute l’association.

De son côté, la Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme (Licra) a annoncé son intention de saisir la justice "pour que cessent ces appels à la haine contre les personnes d’origine asiatique". La Licra ajoute : "Ces comptes doivent être signalés et fermés par Twitter de toute urgence. S’il y a des morts ou des blessés, chacun devra assumer son inaction ou sa complicité !"

SOS Racisme a pour sa part tenu "à rappeler la réaction à adopter", incitant entre autres à signaler à la plateforme Pharos "chaque propos raciste antiasiatique afin qu’une suite juridique puisse être donnée à ces propos". Et regretté : "Ce n’est pas la première fois que SOS Racisme doit agir face à une logique de bouc émissaire antiasiatique."

L’incidence du Covid-19 sur la montée du racisme

En janvier déjà, l’arrivée de l’épidémie de Covid-19 sur le sol français avait été accompagnée d’une montée du racisme antiasiatique en France. La journaliste française Linh-Lan Dao avait alors relayé le hashtag #jenesuispasunvirus sur les réseaux sociaux.

Interrogée par Konbini news, elle racontait : "Il faut savoir que le Samu reçoit des appels ubuesques de gens qui ont reçu des colis qui viennent de Chine ou qui ont mangé dans un restaurant chinois." La jeune femme était malheureusement forcée de rappeler : "Ce n’est pas parce que j’ai une tête d’Asiatique que je suis reliée au coronavirus", regrettant : "C’est terrible de devoir rétablir des choses aussi simples et basiques."