© Ishara S. Kodikara / AFP

Pâques : plusieurs hôtels et églises frappés par des explosions mortelles au Sri Lanka

Le bilan humain s'élève déjà à 158 morts et des centaines de blessés.

C'est un tragédie sans nom qui vient de secouer le territoire sri lankais. En effet, le pays insulaire, situé au sud de l'Inde, a été la cible d'une série d'attentats ce dimanche 21 avril. Trois hôtels de luxe ainsi que trois églises ont été frappés par de violentes déflagrations, causant la mort d'au moins 156 personnes. Le bilan humain continue de grimper, tout comme le nombre de blessés recensés à l'heure actuelle.

"Des scènes horribles, affirme Harsha de Silva, le ministre des Réformes économiques du Sri Lanka, dans un tweet alarmant. J'ai vu des morceaux de corps éparpillés partout. Les équipes de secours font leur maximum à tous les endroits". C'est à Colombo, capitale économique du pays, que l'attaque a été la plus forte, avec trois hôtels visés par les explosions ainsi que l'église Saint-Anthony. Des centaines de victimes, dont certaines dans un état critique, ont été admises à l'hôpital de Colombo.

Publicité

En parallèle, on apprend que 67 personnes ont perdu la vie dans l'église Saint-Sébastien de Negombo, une ville plus au nord de la capitale. Selon les autorités locales, une vingtaine de personnes a également péri dans une église de Batticaloa, située plus à l'est de l'île. Ces attaques d'une violence inouïe ont eu lieu durant la célébration de la messe de Pâques. On notera qu'au Sri Lanka, les chrétiens sont une minorité, ne représentant que 7 % de la population environ.

Il y a dix jours de ça, Pujuth Jayasundara, chef de la police nationale, avait alerté ses services en précisant qu'un mouvement islamiste appelé National Thowheeth Jama'ath (NTJ) envisageait de commettre des "des attentats suicides contre des églises importantes et la Haute commission indienne". Malgré tout, pour l'heure, aucune revendication n'a été faite et la nature de ces explosions demeure encore inconnue.

MAJ à 11h13 - Une septième explosion vient d'avoir lieu dans un hôtel de Dehiwala, localisé dans la banlieue sud de Colombo. Jusqu'ici, deux victimes n'auraient pas survécu, faisant ainsi 158 morts au total sur le territoire sri lankais en lien avec ces attaques. Selon l'archevêché, toutes les célébrations de Pâques ont été annulées.

Publicité

MAJ à 12h13 - C'est dans un endroit encore non précisé d'Orugodawatta, une zone située au nord de Colombo, qu'une huitième déflagration a eu lieu. En réaction à cette vague d'attentats, le gouvernement du pays annonce la mise en place d'un couvre-feu pour une durée indéterminée.

MAJ à 13h29 - Des détails commencent à émerger quant à l'origine des attentats. Selon certains témoins, l'explosion ayant secoué l'hôtel de luxe Cinnamon Grand dans la capitale est due à un kamikaze qui a enclenché sa bombe dans la file d'attente menant au buffet du restaurant de l'établissement. "Il est allé au début de la queue et s'est fait sauter", affirme un employé à l'AFP. Le criminel en question serait un ressortissant sri lankais ayant séjourné à l'hôtel depuis samedi.

La dernière déflagration qui a eu lieu à Orugodawatta est quant à elle liée à un autre kamikaze qui s'est fait exploser dans une maison où des policiers menaient une opération de recherches. Le plafond s'est effondré, causant l'ensevelissement de plusieurs membres des forces de l'ordre.

Publicité

MAJ à 17h01 - Le dernier bilan humain fait état de 207 morts et plus de 450 blessés. Ces chiffres ne sont pas définitifs et pourraient être amenés à s'aggraver. Pour l'heure, trois suspects ont été arrêtés par les autorités locales en relation à ces attaques.

Konbini News avec AFP

Par , publié le 21/04/2019

Copié

Pour vous :