© Jewel Samad / AFP

Sri Lanka : le bilan humain des attentats fait état de 290 morts et 500 blessés

Pour l'heure, 24 suspects ont été arrêtés par les autorités locales.

Désolation, incompréhension et deuil règnent sur tout le territoire sri lankais, victime ce dimanche 21 avril d'une série d'attentats effroyables. Au total, ce sont huit explosions, disséminées dans les villes de Colombo, Negombo, Batticaloa et Orugodawatta, qui ont secoué le pays insulaire d'Asie du sud. Des hôtels de luxe ainsi que des églises font partie des lieux pris pour cible, tandis que des messes de Pâques étaient en cours dans ces dernières.

Selon le dernier bilan de l'AFP, ce drame sans nom aura causé la perte de 290 personnes, dont plusieurs touristes venus profiter des paysages idylliques du Sri Lanka. En parallèle, c'est près de 500 blessés qui ont été recensés.

Publicité

Des chiffres encore amenés à grimper, le nombre exact de victimes étant difficile à déterminer avec certitude. "Autour de 37 (étrangers) sont morts, sur lequels 11 ont été identifiés, avance un responsable des Affaires étrangères. Certains des corps sont mutilés et il est compliqué de les identifier".

Dimanche soir, une "bombe artisanale" a été trouvée par les autorités sur une route menant vers le principal terminal de l'aéroport de la capitale. Par chance, celle-ci a été désamorcée par les forces aériennes du Sri Lanka. L'aéroport continue de fonctionner normalement, si ce n'est que la sécurité a bien entendu été augmentée à cause des attentats.

Bien que les attaques n'aient pas encore été revendiquées, 24 personnes ont été arrêtées par la police.

Publicité

Mis en place par le gouvernement sri lankais, un nouveau couvre-feu prendra effet ce lundi soir sur tout le territoire de l'île à compter de 20 heures, heure locale.

MAJ à 11h49 - Rajitha Senaratne, porte-parole du gouvernement sri lankais, a certifié que cette vague d'attentats a été causée par le National Thowheeth Jama'ath, un mouvement islamiste local qui était déjà dans le viseur des services de police depuis une dizaine de jours. Ce groupe radical préparait des attentats contre des églises et l'ambassade d'Inde située à Colombo, comme l'avance l'AFP. Les autorités locales restent sur le qui-vive et enquêtent sur de possibles liens de l'organisation à d'autres groupes islamistes étrangers.

MAJ à 12h56 - 87 détonateurs de bombes ont été trouvés dans une gare de bus du quartier de Pettah, dans la capitale du Sri Lanka. Cette zone est située à mi-chemin entre les hôtels de luxe et l'église Saint-Antoine, lieux où se sont déroulées les attaques de dimanche. Aucun suspect n'a été arrêté et l'enquête est toujours en cours. Par mesure de précaution, l'état d'urgence a été déclaré par le gouvernement sri lankais et entrera en vigueur dès minuit.

Publicité

Konbini News avec AFP

Par , publié le 22/04/2019

Copié

Pour vous :