AccueilSociété

Speech : dans les coulisses de la scientologie

Publié le

par Anouck Renaud

"Là-bas, chacun surveille chacun et tout le monde dénonce tout le monde, c'est un principe de base."

À seulement dix ans, Lucas Le Gall intègre de force l’Église de scientologie. Il ne comprend pas la décision de ses parents mais n’a d’autre choix que de s’y plier. Rapidement, il se rend compte que quelque chose cloche.

Cette "église", qui souhaite officiellement aider ses adeptes à aller mieux, est en fait une organisation dont le seul but semble être de gagner de l’argent.

Simple superviseur de cours jusqu’à ses 15 ans, tout bascule lorsque Lucas est envoyé dans un des "QG" de la secte : l’Organisation maritime de Copenhague. Là-bas, il découvre la face cachée de cette organisation internationale : déshumanisation, travail forcé et torture.

En seulement deux mois, il perd plus de 10 kg et ne se reconnaît plus. Il vit chaque jour dans la peur car au moindre faux pas, il risque d’être dénoncé par un des adeptes. Malgré tout, il continue de travailler et est certain que devenir "le parfait petit scientologue" lui sauvera la peau.

À seulement 17 ans, il est promu au siège de la scientologie, en Californie. Il y découvrira les faces les plus sombres de l’organisation. 

Trente ans après une évasion rocambolesque, Lucas Le Gall revient sur son histoire au sein des plus hautes sphères de l’Église de scientologie. 


 
Suite au témoignage de Lucas Le Gall* (nom et prénom modifiés), l’Association spirituelle de l’Eglise de Scientology a souhaité exercer son droit de réponse, le voici :

Droit de réponse de l’Association spirituelle de l’Église de Scientology d’Ile-de-France :

« La vidéo diffusée le 19 septembre 2020, sur la page Facebook du site Internet de Konbini News, est consacrée à la parution d’un livre mettant en cause les pratiques de l’Église de Scientology.

L’auteur de ce livre qualifie la Scientology de ‘secte’ pour la discréditer. Or, il semble ignorer que ce terme n’a aucune définition juridique ; son utilisation vis-à-vis de tel ou tel groupe religieux constitue donc un jugement purement subjectif.

Du reste, par suite de la publication d'un rapport sénatorial sur les moyens de faire face à l'évolution de la menace terroriste, la MIVILUDES a précisé, le 19 juillet 2018, que « les listes de sectes publiées lors des commissions d'enquête parlementaire de 1995 et 1999 n'ont plus aujourd'hui qu'une valeur historique. L'établissement d'un tel document ne saurait emporter aucune conséquence de nature juridique et serait contraire aux principes constitutionnels ».
 
En tenant les propos suivants pour le moins diffamatoires : « Tous les moyens de pression sont imaginables. Ça peut aller de l'embauche de détectives privés à l'organisation de faux trafics de drogue, de faux adultères ou d'affaires de ce genre, jusqu'à éventuellement les tentatives de suppression des personnes physiquement… », l’auteur, qui s’exprime sous pseudonyme, présente l’Église de Scientology comme organisant d’imaginaires complots contre ses prétendus « ennemis » – une accusation aussi fausse que fréquente, qui n’a jamais été soutenue par une quelconque preuve. »