(c) Sara Bentot, Konbini

Sidaction : on est loin d’avoir éradiqué l’épidémie du VIH

5 chiffres pour prendre conscience de l'épidémie.

25 ans après la première campagne menée par le Sidaction, nous n’avons toujours pas réussi à éradiquer le virus du sida.

Publicité

Du vendredi 5 au dimanche 7 avril, l’opération reprend afin de collecter des fonds pour financer la recherche, les traitements et les campagnes de sensibilisation, avec Jean Paul Gaultier comme parrain de l’événement cette année.

Il est important de rappeler que si les traitements par trithérapie permettent d’empêcher sa transmission, aucun traitement ne permet aujourd’hui de l’éliminer de l’organisme.

Pour rappel, la trithérapie est un traitement composé de plusieurs antirétroviraux. Ces derniers bloquent certaines étapes du cycle de multiplication du VIH.

Publicité

Malgré les progrès faits par la science, des centaines de milliers de personnes continuent d’être contaminées chaque année.

En France, 6 400 personnes ont découvert leur séropositivité en 2017, un chiffre qui ne baisse plus depuis plusieurs années. Voici 5 chiffres pour prendre conscience de l’épidémie :

(© Sara Bentot, Konbini)

Publicité

Publicité

(© Sara Bentot, Konbini)

L’important, c’est de se faire dépister : "Le meilleur test est celui qui vous convient au moment où il vous convient. Le pire test est celui que vous n’aurez pas fait", rappelle l’association dans un communiqué.

L’autre problème, c’est que les jeunes ne se sentent pas concernés, et ce d’abord parce qu’ils ne sont pas suffisamment informés, comme 23 % d’entre eux le reconnaissent. C’est deux fois plus qu’en 2009. Près d’un jeune sur quatre entre 15 et 24 ans pense qu’il existe des médicaments pour guérir du Sida (contre 13 % en 2009). Et 14 % d’entre eux estiment que la pilule contraceptive d’urgence peut empêcher la transmission du virus.

C’est pourquoi les campagnes de prévention sont si importantes. L’année dernière, l’opération avait permis de récolter 4 423 258 euros de promesses de dons.

 

Par Clothilde Bru, publié le 05/04/2019

Copié

Pour vous :