AccueilSociété

Se vacciner pour dater ? Les applis de rencontre prennent les devants aux États-Unis

Publié le

par Clothilde Bru

© Budrul Chukrut/SOPA Images/LightRocket via Getty Images

Sur Tinder, les utilisateurs auront accès à des fonctionnalités "premium".

Dans le monde impitoyable de la drague en ligne, tout est bon pour convaincre des partenaires potentiels. Et aux États-Unis, la Maison-Blanche entend bien faire de la vaccination l'argument ultime.

Tinder, OkCupid, Hinge, Bumble... toutes les grandes applications de rencontre vont participer à l'effort, en ouvrant de nouvelles fonctionnalités aux personnes vaccinées contre le Covid-19, a annoncé vendredi 21 mai l'exécutif américain. 

Ces derniers mois, beaucoup d'utilisateurs avaient déjà choisi de mentionner cette précision dans la description de leur profil : la phrase "entièrement vacciné" avait fleuri un peu partout. 

La Maison-Blanche souhaite désormais encourager cette tendance, dans l'espoir de promouvoir sa campagne d'immunisation, dont le rythme a fortement ralenti depuis avril.

Sur Tinder, les utilisateurs pourront ainsi accrocher un badge "je suis vacciné" à leur profil. Ils auront également accès à des fonctionnalités "premium", comme la possibilité d'envoyer un "super like" à quelqu'un, permettant de lui signaler son fort intérêt. 

Rose gratuite et booster

Hinge donnera pour sa part accès à une "rose" gratuite, à offrir à celui ou celle qui vous a tapé dans l'œil.

Sur OkCupid, les personnes vaccinées pourront elles "booster" leur profil, pour apparaître en priorité sur l'écran de leurs "matches" potentiels. Un match permet à deux personnes d'entamer une discussion virtuelle lorsqu'elles ont toutes les deux indiqué qu'elles étaient intéressées par l'autre.

Tous les utilisateurs auront également la possibilité d'appliquer un filtre pour ne rechercher un partenaire que parmi les personnes vaccinées.

"Selon une étude d'OkCupid, les gens vaccinés ou qui prévoient de l'être matchent 14% de plus que les gens qui ne le prévoient pas", dit la Maison-Blanche. 

Plus de 60% des adultes (soit près de 160 millions de personnes) ont d'ores et déjà reçu au moins une dose de l'un des trois vaccins autorisés aux États-Unis. Le président Joe Biden a fixé comme objectif d'atteindre les 70% d'ici le 4 juillet.

Konbini news avec AFP

À voir aussi sur news :