© @Jade / Twitter

Rouen : l'eau noire qui s'écoule du robinet inquiète les habitants

Alors que les écoles ont rouvert ce lundi, les Rouannais ont une nouvelle raison de s'inquiéter.

La vidéo a été vue plus d'un million de fois. Elle aurait été prise par une femme habitant Rouen. Sur ces images, de l'eau du robinet passe subitement du translucide au noir.

Publicité

Quelques jours à peine après le spectaculaire incendie de l'usine chimique Lubrizol à Rouen dans la nuit du 26 au 27 septembre, ce nouvel incident est de nature à inquiéter les riverains.

Publicité

Les habitants des environs de la commune normande sont déjà très préoccupés par l'important nuage de fumée noir qui a stagné après l'accident. 

Vendredi dernier, Sabrina qui habite à 9 km de l'usine Lubrizol, témoignait sur Konbini news"L’air était vraiment irrespirable. Un de mes enfants a vomi et l’autre s’est plaint de mal de tête."

Publicité

"L'eau est potable"

Aussi le préfet s'est-il montré rassurant ce lundi matin, assurant aux habitants des environs que l'eau était potable.

Publicité

De même la Métropole a certifié avoir pratiqué les contrôles idoines. Dans un communiqué, elle affirme que les réservoirs d'eau potable de la rive nord où s'est concentrée la fumée, ont été contrôlés.

Selon France Bleu Seine Maritime, des analyses ont été réalisées par un laboratoire indépendant, sous le contrôle de l’Agence régionale de santé (ARS) le 26 septembre sur les réservoirs d’eau potable de l‘agglomération et le lendemain sur ceux de Morgny-la-Pommeraye (au nord-est de l'agglomération). 

La Métropole l'assure : "l'eau distribuée sur les 71 communes de l'agglomération est potable". Interrogés par Le Parisien, les riverains qui ont posté des vidéos d'eau noire sur Twitter, assurent que ce lundi l'eau était à nouveau claire. L'une d'entre elle a toutefois déclaré garder un échantillon de l'eau noire à des fins d'analyse.

Le quotidien a relayé une explication possible à la subite noirceur de l'eau. Selon le compte Twitter @Fakeinvestigation, il pourrait s'agir d'un dépôt naturellement présent dans les canalisations. Ce dernier se serait décollé du fait de l'utilisation massive d'eau par les pompiers.

Par Clothilde Bru, publié le 30/09/2019

Copié

Pour vous :