Le scorbut est provoqué par une carence en vitamine C particulièrement présente dans les agrumes (c) Pxhere

featuredImage

Le retour du scorbut dans les pays riches traduit des inégalités sociales de plus en plus importantes

Saignement des gencives, dents qui se déchaussent, œdèmes, amaigrissement… Plusieurs cas de scorbut ont été signalés dans des pays occidentaux.

(Le scorbut est provoqué par une carence en vitamine C, particulièrement présente dans les agrumes © Pxhere)

Le retour de cette maladie laisse une impression d’anachronisme. Des cas de scorbut — que l’on pensait éradiqué depuis la fin du XVIIIe siècle — ont été signalés dans plusieurs pays occidentaux. Conséquence de malnutrition sévère, la recrudescence de cette maladie a été observée dans des pays qui comptent parmi les plus riches de la planète : la France, l’Australie et plus récemment les États-Unis.

Potentiellement mortel, le scorbut est une maladie liée à une carence en vitamine C, aussi appelée acide ascorbique, présente en grande quantité dans les fruits et légumes. Le scorbut a longtemps été surnommé la "peste des marins" car ces derniers, bloqués en mer pendant plusieurs mois, n'avaient pas accès à ces produits frais.

Les principaux symptômes sont : le saignement des gencives, un déchaussement des dents, des œdèmes, la perte de cheveux et une intense fatigue, comme le détaille Science Alert qui s’intéresse au regain de cette maladie aux États-Unis.

via GIPHY

Contrairement aux idées reçues, les seniors ne sont pas les seuls à pouvoir être touchés. Il ne faut que trois mois de carence en vitamine C pour contracter cette maladie. À un stade avancé, le scorbut peut aussi provoquer des accès de délire.

"C’est lié à l’augmentation du prix des fruits et légumes"

Selon Le Point, la France n’est pas épargnée : dix cas auraient été observés en 2015 au CHU de Limoges. En 2016, c’est un hôpital de Sydney, en Australie, qui signalait plusieurs patients souffrants de scorbut.

Comment expliquer alors la recrudescence de ce mal dans des pays pourtant très riches ?

Selon Celia Crema, sociologue et spécialiste des questions de santé et de nutrition interrogée par Konbini News, les catégories sociales les moins aisées sont en première ligne :

"C’est lié à l’augmentation du prix des fruits et légumes. Certaines catégories de la population vont naturellement se tourner vers des aliments plus nourrissants, plus riches mais qui ne vont pas forcément contenir de vitamine C comme les gâteaux, les pommes de terre, les produits industriels…"

Cette hypothèse semble aller dans le sens des conclusions du Dr Eric Churchill, qui exerce dans un hôpital du Massachusetts. Selon Science Alert, ce dernier a examiné une trentaine de cas de scorbut ces six dernières années : "Les personnes qui ont été diagnostiquées avec le scorbut ont très peu de ressources à leur disposition."

Un manque de diversité alimentaire

Le scorbut peut aussi résulter d’un manque de diversité alimentaire. Le médecin américain évoque le cas emblématique d’un patient qui ne se nourrissait qu’une seule fois par jour de pain et de fromage, pensant ainsi combler ses besoins en calcium ou en protéines.

Selon Celia Crema ces inégalités, liées autant au portefeuille qu’aux habitudes alimentaires, risquent de se creuser :

"Il y aura un écart de plus en plus important entre la génération 'healthy food', branchée sport, qui va être très sensibilisée sur ces questions-là, et les autres pour qui ce n’est pas du tout un réflexe."

Bonne nouvelle, cette maladie est cependant facile à soigner, en comblant les carences par une consommation d’agrumes particulièrement riches en vitamines C, qui se révèlent être peu coûteux.

Si l’on peut mourir du scorbut en cas d’hémorragie massive, ce risque reste donc très rare, et peut être évité grâce à une véritable démarche de prévention et de sensibilisation. "Mangez 5 fruits et légumes par jour", disait le slogan.

© Pxhere

Par Clothilde Bru, publié le 21/08/2018

Copié