Konbini news

Reportage : cancers pédiatriques, un collectif de parents dévoile ses révélations

Depuis 4 ans, les cancers chez les enfants se multiplient sur une zone restreinte en Loire-Atlantique.

"Qu’est-ce qui fait que depuis septembre 2015, on a autant de cancers d’enfants sur notre secteur ?" C’est la question que se posent de trop nombreux parents à Sainte-Pazanne, en Loire-Atlantique.

Depuis 2015, 17 enfants sont tombés malades. Parmi eux, quatre enfants sont scolarisés dans la même école et quatre enfants sont décédés. Ils sont atteints de tous types de cancers et habitent tous dans un rayon de 15 kilomètres.

Publicité

Alban, le fils de Marie Thibaud, qui a créé le collectif "Stop aux cancers de nos enfants", a contracté une leucémie en décembre 2015. En mars 2016, d’autres enfants tombent malades. Un an plus tard, Marie alerte l’Agence régionale de santé (ARS) des Pays de la Loire.

En juillet 2018, l’ARS livre les résultats d’une première enquête : quatre menaces ont été identifiées (benzène, hydrocarbures, pesticides et radon), mais aucune de ces menaces n’a semblé être suffisamment probante pour les autorités sanitaires.

Le collectif a découvert que l’ARS n’avait pas retenu la menace des lignes à haute tension. Or, on sait depuis 2001 qu’elles sont cancérigènes. Selon un rapport de l’OMS, elles doubleraient le risque de leucémie infantile.

Publicité

Après la découverte de la présence d’une ligne électrique sous la cour de l’école, l’ARS a lancé une étude de "levée de doute" aux domiciles des familles et à l’école de Sainte-Pazanne.

Par Lila Blumberg, publié le 30/09/2019

Copié

Pour vous :