AccueilSociété

Réouverture des bars, limite de 100 km, oral du bac... : les annonces du gouvernement

Publié le

par Astrid Van Laer

© Philippe LOPEZ / POOL / AFP

"La liberté, enfin, va redevenir la règle et l'interdiction constituera l'exception", a déclaré le chef du gouvernement.

Édouard Philippe a pris la parole à l’issue d’un Conseil de défense organisé ce jeudi pour donner plus de précisions concernant la deuxième phase du déconfinement. Après être revenu sur le confinement et la première phase de déconfinement, le chef du gouvernement en a dit plus sur la deuxième phase, qui doit débuter mardi 2 juin et courir jusqu’au 21 juin prochain.

"Les résultats sont bons sur le plan sanitaire, même si nous restons prudents", a-t-il débuté, se réjouissant : "Les nouvelles sont plutôt bonnes", tout en insistant sur l’importance de "demeurer vigilants". "Nous ne pouvons courir le risque de la désinvolture".

Le Premier ministre a ensuite présenté une nouvelle carte de France : "Tous les indicateurs sont au vert", sauf pour deux départements : le Val-d’Oise et Mayotte. "Ce qui ne veut pas dire que le virus ne circule plus" ailleurs. Il est "encore présent à des degrés divers sur tout le territoire", mais sa propagation est "à ce stade, sous contrôle", a-t-il précisé, ajoutant : "Nous sommes un peu mieux que là où nous espérions être, c’est donc une bonne nouvelle".

"De nombreux clusters surgissent"

Après avoir salué le "respect des consignes" par les Français, Édouard Philippe a tout de même rappelé que tout ne "redevenait pas normal", "de nombreux clusters surgissent", ils sont "toujours porteurs de risques" et l’hôpital "reste sous tension", a rappelé le chef du gouvernement. Par conséquent, "tous les départements vont bénéficier de nouvelles mesures fortes de déconfinement".

"Des inquiétudes spécifiques demeurent" en Île-de-France, en Guyane à Mayotte et par conséquent, leur déconfinement sera "un peu plus prudent" qu’ailleurs. "La liberté, enfin, va redevenir la règle et l’interdiction constituera l’exception", s’est réjoui le Premier ministre.

Édouard Philippe a ensuite annoncé la réouverture des écoles, des parcs et jardins sur tout le territoire, celle des lycées dans les départements verts, mais également celle des cafés et des bars "avec des contraintes spécifiques" en zone orange. En revanche, la limitation des regroupements à dix personnes est maintenue, le télétravail doit être privilégié au maximum quand cela est possible.

Enfin, le chef du gouvernement a attiré l’attention sur les chiffres du chômage "historiques" parus ce matin. "Notre pays va devoir se battre contre l’impact d’une récession historique", a-t-il dit.

L’oral du bac est annulé

Le Premier ministre a aussi évoqué l’application controversée StopCovid, votée hier au Parlement. "Ce n’est pas l’arme magique", "mais elle est un instrument" de la lutte contre l’épidémie, a-t-il assuré. L’application "ne vous géolocalisera jamais", a promis Édouard Philippe, ajoutant : "J’invite tous nos concitoyens à utiliser cet outil complémentaire pour se protéger et protéger leurs proches".

Le ministre de l’Éducation nationale a ensuite pris la parole pour détailler ce que le déconfinement va changer dans le système éducatif. "La réouverture des établissements est une urgence sociale et un impératif éducatif", a martelé Jean-Michel Blanquer, avant de se réjouir : "Plus de 80 % des écoles ont été ouvertes et ce chiffre progresse chaque jour".

Dès le 2 juin, toutes les écoles seront ouvertes, a-t-il promis, avec toujours "des cours de 15 élèves maximum". Le programme "sport, santé, culture, civisme" a été conçu pour permettre d’accueillir les élèves qui ne seront pas en petits groupes en classes. "Tout ne sera pas parfait du jour au lendemain", a-t-il prévenu.

"L’ensemble des collèges vont désormais ouvrir", quelle que soit la zone, a annoncé le ministre. Concernant les enfants en situation de handicap, "nous avons ce sujet au cœur de nos priorités", a-t-il promis, affichant un objectif de 100 % des Ulis (Unités localisées pour l’inclusion scolaire) ouvertes la semaine prochaine.

Les lycées seront tous ouverts en zone verte et en zone orange, les lycées professionnels "vont ouvrir en priorité pour les élèves qui ont besoin d’une certification". "La priorité, c’est les lycées professionnels, car il y a plus de décrochages", a-t-il expliqué.

Pour l’oral de français, la décision était très attendue par les élèves. Eh bien, le ministre a conclu en annonçant qu’il était annulé et que cette épreuve serait validée en contrôle continu.

Pas plus de 10 personnes par table au restau

Édouard Philippe a alors repris la parole pour évoquer la réouverture des bars et des restaurants et indiquer qu’ils pourront rouvrir dans les zones vertes. Dans les zones orange, les terrasses seulement peuvent rouvrir. Le port du masque sera obligatoire pour le personnel et les clients lors des déplacements. Le nombre de personnes par table sera restreint à un maximum de 10. La consommation debout à l’intérieur ne sera pas autorisée. En outre, "une distance minimale d’un mètre entre chaque table" devra être observée.

Enfin, pour les déplacements, jusqu’au 15 juin, le maintien des restrictions aux frontières intérieures a été décidé. Il a indiqué souhaiter une coordination européenne pour rouvrir les frontières intérieures après le 15 juin. Les frontières extérieures restent actuellement fermées. Quant à l’interdiction de bouger à plus de 100 km de chez soi, elle est supprimée.

Dans les zones vertes, les salles de théâtre et de spectacle pourront rouvrir à compter du 2 juin, comme les piscines, gymnases, salles de sport, parcs de loisir et à compter du 22 juin, dans les zones orange. Des conditions de sécurité spécifiques devront évidemment être respectées. Partout sur le territoire, les cinémas vont rouvrir à partir du 22 juin.

"C’est une logique de prudence, mais aussi de confiance". Édouard Philippe a ensuite évoqué le cas des salles de concert : c’est aux exploitants de ces salles que "revient la décision" de les rouvrir ou pas.

Enfin, les rassemblements de plus de 10 personnes dans l’espace public restent interdits, tout comme les sports collectifs et de contact, les discothèques, salles de jeux et enfin, les stades et hippodromes qui restent fermés au public, au moins jusqu’au 22 juin.

Le Premier ministre a conclu sa prise de parole, après avoir insisté sur la nécessité de poursuivre l’application stricte des gestes barrières. Un décret doit être pris ce week-end "pour traduire en droit" ces mesures.

À voir aussi sur news :