AccueilSociété

Rassemblements limités, concerts debout interdits, rentrée… Ce qu’il fallait retenir de la conférence Covid-19 de Jean Castex

Publié le

par Pauline Ferrari

© Capture écran Twitter @Gouvernement

Pas de couvre-feu pour le 31 décembre mais de nouvelles règles pour les cas contacts sont à venir.

Les fêtes n’auront duré que quelques jours pour l’exécutif, de nouveau sur le pont lundi pour décider d’éventuelles nouvelles mesures de restriction face à la poussée fulgurante d’Omicron et accélérer la transformation du pass sanitaire en pass vaccinal.

Face aux journalistes, Olivier Véran et Jean Castex ont déroulé de nouvelles mesures face à la nouvelle vague de contaminations au Covid-19. Une "situation sanitaire extrêmement tendue" selon l’exécutif, alors que le cap symbolique des 100 000 nouveaux cas a été atteint le 25 décembre dernier.

D’une part, pas de couvre-feu envisagé pour la soirée du nouvel an le 31 décembre, mais Jean Castex a appelé les Français à limiter les grandes fêtes, à aérer les pièces, à garder le masque et à se tester. Néanmoins, la perspective d’un nouveau couvre-feu n’est pas à exclure, et un nouveau conseil de défense sanitaire est prévu pour le 5 janvier.

Le Premier ministre a ainsi détaillé des mesures applicables dès le 3 janvier, et renouvelables pour trois semaines.

  • Les rassemblements seront limités dès lundi à 2 000 personnes en intérieur, 5 000 en extérieur, et les concerts debout seront interdits. Dans les cafés et les bars, la consommation se fera uniquement assis.
  • Concernant le travail, le télétravail devra être rendu "obligatoire" quand c’est possible, trois jours minimum par semaine.
  • Le masque sera rendu obligatoire en extérieur dans les centres-villes.
  • Pas de report de la rentrée des classes du 3 janvier, ni de distanciel.

De plus, de nouvelles règles d’isolement pour les malades et leurs contacts seront annoncées "d’ici la fin de semaine".

"La vaccination, l’élément clé", selon Jean Castex

Le Premier Ministre a ainsi indiqué que dès mardi, le délai de rappel serait réduit à trois mois après une seconde injonction.

Lundi, un conseil de défense sanitaire s’est tenu avant le conseil des ministres. Ces deux réunions d’urgence étaient présidées depuis 16 heures par Emmanuel Macron en visioconférence depuis le fort de Brégançon, son lieu de villégiature dans le Var, alors que le Premier ministre et le ministre de la Santé étaient à l’Élysée.

Plus de 100 000 nouveaux cas ont été enregistrés samedi, un chiffre inédit depuis le début de la pandémie, avec aussi des records de tests pratiqués. Le taux d’incidence dépasse les 700 cas pour 100 000 habitants au niveau national.

Konbini news avec AFP

À voir aussi sur news :