AccueilSociété

Québec : des garçons viennent en jupe pour dénoncer le sexisme à l'école

Publié le

par Clothilde Bru

© Instagram /@cassandre_bp / @hd.mot

Les photos de ces ados en jupe à carreaux ont fait sensation sur les réseaux sociaux.

En France, il y a eu le mouvement du 14 septembre qui invitait les lycéennes à s’habiller librement pour dénoncer les discriminations sexistes et la culture du viol. Il avait suscité des commentaires en chaîne jusqu’au plus haut sommet de l’État. Stupeur : en 2020, la tenue des filles à l’école fait encore débat.

De l’autre côté de l’Atlantique aussi, on en a assez. Au Québec, des garçons ont trouvé la parade pour dénoncer l’inégalité de traitement entre les tenues des filles et des garçons. Des élèves de plusieurs écoles secondaires (accueillant des ados de 12 à 16 ans) ont choisi de se rendre en cours en jupe.

Selon le site d’informations montréalais Nighlife, le mouvement est parti de cette publication avant de se répandre comme une traînée de poudre.

Voir cette publication sur Instagram

En jupe, en cours, avec un système ✨FUCKED✨ en sale.🙈😙😃💞😻 Le code vestimentaire c'est la chose la moins sensée que j'aies jamais vu pour vrai faudrait changer s'taffaire la. C'est en faisant des p'tites affaires comme ca qu'on va arriver a changer le système faque toutes les personnes qui l'ont pas fait qu'est-ce que vous attendez? S'pa parce qu'un gars porte une jupe que "oMg cESt fuCkIng gaY". Betch clothes has no gender change your mentality. En plus l'affaire de on voit la peau s'quoi le but genre ça vous excite madame/monsieur la/le prof? Just close your mouth thank you xx.TOUT LE MONDE PEUT S'HABILLER COMME ILS LE VEULENT PERIODT. fhank you :3 #doakickflip @berrics In a skirt, in class, with a FUCKED UP system. Dress code is the most non- sensed things I've ever seen in my life and so, we need to change it! It's by doing little things like this that we are going to be able to change these stupid rules. Everybody that didn't do it, what are you waiting for? It's not because you're a boy and you wear a dress that "OmG thaT's So FucKiNg gAy". Hey clothes has no gender so change your mentality! And what's the problem with seeing a little bit of skin? It's exciting you Mrs./Mr. the professor? EVERYONE SHOULD DRESS HOW THEY FEEL HOW TO DRESS. STOP PUTTING PEOPLE IN BOXES WE CAN'T EXPRESS OURSELVES. This needs to change! fhanks have a nice day :3

Une publication partagée par 🙊Tom Ducret-Hillman🙈 (@hd.mot) le

Arborant des ongles vernis noirs et une jupe écossaise, un certain Tom Ducret-Hillman partage sur Instagram, au début du mois d’octobre, des souvenirs de sa journée en jupe à l’école. On peut y voir Tom faire un kick flip ou encore Tom poser avec son pote aux cheveux violets, lui aussi vêtu d’une jupe écossaise.

"Le code vestimentaire, c’est la chose la moins sensée que j’ai jamais vue", écrit-il en légende de ce post liké près de 15 000 fois. Pour le jeune garçon, les vêtements n’ont pas de genre. Et puis c’est tout. "Le monde peut s’habiller comme il le veut period", conclut-il.

Quelques jours plus tard, le mouvement continue d’essaimer. Cassandra Bau-Plourde, 16 ans, est scolarisée dans un autre établissement à Montréal. Mercredi 7 octobre, elle publie de photos de ses camarades en jupe.

Contre l’objectivation de la femme et une masculinité toxique

Dans un long texte, elle dénonce l’objectivation du corps de la femme et la permanence d’une "masculinité toxique".

Voir cette publication sur Instagram

Égalité des genres Premièrement, l’hypersexualisation du corps féminin est au cœur de notre code vestimentaire à l’école. Le port de la brassière obligatoire, les bretelles spaghettis interdites, la jupe trop courte et j’en passe, démontre que le corps de la femme appartient encore à la société. En 2020, l’argument reste qu’il ne faut pas attirer l’œil et qu’il ne faut pas déranger. Si j’ai chaud et que je mets une camisole moins couvrante? Et si je ne mets pas de brassière, parce que ça me fait mal ? Ils vont me priver d’une éducation pour ne pas déranger? Je pense que si j’assume mon habit, les autres sont capable de se gérer. Nous sommes tous capable d’être respectueux. Deuxièmement, la masculinité toxique est extrêmement présente dans notre communauté. Les stéréotypes traditionnels parlent des hommes comme étant dominants, le plus fort, le charmeur, etc... Clairement, ceux-ci ont un énorme impact négatif dans notre environnement social. L’action de porter la jupe est un moyen pour casser les habitudes sexistes et malsaines. Au même titre que les femmes peuvent s’habiller comme elles le veulent, les hommes devraient aussi. Alors, si l‘école est un lieu formateur pour notre société future, elle devrait s’adapter à la réalité des jeunes d’aujourd’hui et l’enseigner.

Une publication partagée par Cassandre Bau-Plourde (@cassandre_bp) le

Contactée par Konbini news, elle raconte : "C’est une accumulation de frustration. Le code vestimentaire des écoles est toujours axé sur la femme. Les filles sont tout le temps réprimandées parce que leurs jupes sont trop courtes. On dit que c’est à cause du regard des hommes, mais la plupart de mes amis s’en foutent. Cette situation les a frustrés."

Des garçons de l’école secondaire de Cassandra Bau-Plourde emboîtent donc le pas au mouvement largement partagé via des stories Instagram. Ce sont les filles qui prêtent aux garçons de quoi faire ce happening. Selon la jeune femme, une cinquantaine de garçons ont participé. Le mouvement a moins pris sur les plus jeunes (12-14 ans), reconnaît-elle.

À l’origine, le règlement de l’école interdit aux garçons de porter des jupes. "Au départ, certains professeurs ont vu ça comme une révolution négative, d’autant qu’ils n’avaient pas été prévenus. Mais finalement, ils ont dit OK. En soi, c’est déjà une victoire", précise la jeune fille, qui assure que cet évènement n’est pas un "one shot". "On voudrait que ça dure toute l’année en instaurant des jours spécifiques", nous confie l’adolescente.

Une initiative également partagée par Tom Ducret-Hillman dans une nouvelle publication mardi 7 octobre :

"Ce n’est pas parce qu’on a porté la jupe une fois qu’il faut arrêter de la porter […]. Non, je ne dis pas qu’il faut la porter tous les jours mais bien qu’il faut l’inclure dans notre habillement du quotidien, comme toute autre pièce de vêtements (pantalons ou shorts par exemple). […]

Il y a un message significatif derrière le port de la jupe et il ne faut pas l’oublier. Oui, je parle de l’hypersexualisation de la femme et des injustices sociales présentes dans de nombreux systèmes (en majorité ceux de l’éducation et scolaire). Ce n’est pas aux filles/femmes de se faire éduquer pour ne pas soi-disant "déranger" les garçons/hommes."

Voir cette publication sur Instagram

Un autre petit message. Ce n'est pas parce qu'on a porté la jupe une fois qu'il faut arrêter de la porter. Nous devons tous continuer à se battre pour pouvoir enfin changer le système très mal construit qui s'est ancré dans la mentalité de malheureusement beaucoup de personnes, de générations en générations. Non je ne dis pas qu'il faut la porter à tous les jours mais bien qu'il faut l'inclure dans notre habillement du quotidien, comme toute autre pièce de vêtements (pantalons ou shorts par exemple. Il ne faut pas porter une jupe parce que c'est un "trend" ou encore pour avoir plus d'abonnés. Il y a un message significatif derrière le port de la jupe et il ne faut pas l'oublier. Oui, je parle de l'hypersexualisation de la femme et des injustices sociales présentes dans de nombreux systèmes (en majorité ceux de l'éducation et scolaire). Ce n'est pas aux filles/femmes de se faire éduquer pour ne pas sois-disant "déranger" les garçons/hommes. Les viols sont MAJORITAIREMENT causés par des hommes et donc il faudrait éduquer les hommes à ne tout simplement pas commettre ce genre d'actions. Il faut aussi éduquer tout le monde à être ouvert d'esprit et respecter toutes les personnes tel qu'elles le sont. Tout le monde devrait avoir le droit de choisir la coupe et la forme de leurs habillements. Qu'est-ce que ça change de voir plus de peau, ou encore qu'il y aille des trous dans des vêtements? ABSOLUMENT RIEN. Il faut tout changer et rebattir un code.

Une publication partagée par 🙊Tom Ducret-Hillman🙈 (@hd.mot) le

La révolution est en marche.

À voir aussi sur news :