Toulouse, Jean-Jaures, 1er juin 2013

Quand Mélenchon se sert de son immunité parlementaire pour sécher les convocations chez la juge

L’avocate Raquel Garrido, qui assure sa défense, a brandi l’immunité parlementaire du député pour justifier son absence.

Jean-Luc Mélenchon, en 2013. (© Pierre-Selim/Wikimedia/CC)

À croire qu’en politique il y a toujours deux poids, deux mesures. Mercredi 23 mai, Le Point a révélé que Jean-Luc Mélenchon a omis de se rendre à plusieurs convocations chez un juge, dans le cadre d’une affaire où il est accusé de diffamation.

Publicité

Deux fois Jean-Luc Mélenchon ne s’est pas présenté, prétextant notamment une séance à l’Assemblée nationale. La juge a alors été contrainte de délivrer un mandat de comparution en mars dernier : une "procédure rare qui consiste, pour un huissier ou un officier de police judiciaire, à remettre en main propre au mis en cause une mise en demeure", comme le rappelle Le Point.

C’est lors de cette troisième tentative que Raquel Garrido, l’avocate du député, aurait invoqué l’immunité parlementaire de son client. C’est un peu gros lorsqu’on se souvient que le même Jean-Luc Mélenchon s’était engagé pour la suppression de ce privilège, lorsqu’il était en campagne pour les législatives.

Il s’était en effet engagé à suivre la charte éthique de l’association de lutte contre la corruption Anticor. Cette dernière voudrait notamment "supprimer l’inviolabilité dont bénéficient le président de la République et les parlementaires (qui les empêche de faire l’objet de mesures privatives ou restrictives de liberté pendant la durée de leur mandat, même pour des actes étrangers à l’exercice de leurs fonctions)."

Publicité

Que lui reproche-t-on ?

Le différend qui amène Jean-Luc Mélenchon devant les tribunaux porte sur le Venezuela – la marotte du leader de La France insoumise. Les faits remontent à 2012. La veille de la Fête de l’Humanité, Jean-Luc Mélenchon purge ses états d’âme sur son blog. Dans un long post, il s’en prend avec virulence à un certain Paulo Paranaguá, un journaliste du Monde chargé du suivi de l’Amérique latine.

Il le qualifie notamment de "terroriste repenti", ce qui n’a pas été du goût dudit journaliste, originaire du Brésil et réfugié politique en France.

Publicité

Mais ce n’est pas le seul procès en diffamation que le député de Marseille tente d’esquiver. L’ex-ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve a également porté plainte contre le leader de La France insoumise, à la suite de propos tenus sur la mort du militant écologiste Rémi Fraisse. Convoqué le 30 mars dernier par la justice, Jean-Luc Mélenchon était encore aux abonnés absents, selon des informations du Parisien.

Selon Le Point, l’avocat de Paulo Paranaguá a demandé la levée de l’immunité parlementaire de Jean-Luc Mélenchon. Affaire à suivre.

Par Clothilde Bru, publié le 24/05/2018

Copié

Pour vous :