AccueilSociété

Près de Nantes, une policière municipale gravement blessée après une attaque au couteau

Publié le

par Pauline Ferrari

© LOIC VENANCE / AFP

Le suspect est décédé, après une chasse à l'homme menée par plus de 200 gendarmes et le GIGN.

Une policière municipale a été blessée vendredi matin dans une agression au couteau à La Chapelle-sur-Erdre, près de Nantes, a-t-on appris vendredi auprès de la gendarmerie. "Je peux vous confirmer l’agression au couteau de la policière", a indiqué à l’AFP la gendarmerie des Pays de la Loire. Selon une source proche du dossier, le pronostic vital de la policière est engagé, tandis que l’auteur des faits aurait pris la fuite à pied. Le ministre de l’intérieur Gérald Darmanin se rend sur place dans la journée.

Selon des sources proches de l'enquête, l'agresseur est mort après un échange de coups de feu durant lequel deux gendarmes ont été blessés, notamment à la main et au bras, selon la gendarmerie. Un troisième gendarme était en état de choc.

"Les Gendarmes ont neutralisé l’individu suspecté de l'agression au couteau de la policière municipale de la Chapelle-sur-Erdre", a confirmé sur Twitter le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin, qui est attendu sur place.

Ce sont 80 gendarmes, dont l’antenne du GIGN de Nantes, qui ont été déployés pour retrouver l’auteur des faits, ainsi que deux hélicoptères, trois équipes cynophiles et un escadron de gendarmes mobiles. La section de recherches de la gendarmerie de Nantes est chargée de l’enquête. "Évitez le secteur et respectez strictement les consignes des #gendarmes", a prévenu sur Twitter la gendarmerie nationale. Les écoles aux alentours ont été sécurisées selon la gendarmerie. "Les enfants sont confinés dans les écoles et collèges de la ville", a confirmé un responsable municipal à l’AFP.

"Mes pensées vont à la policière attaquée ce matin à La Chapelle-sur-Erdre et à sa famille. L’horreur de cette nouvelle agression doit conduire à un sursaut national pour protéger ceux qui nous protègent", a réagi sur Twitter Bruno Retailleau, président du groupe LR au Sénat.

"De tout cœur avec cette policière municipale grièvement blessée. Courage à nos policiers mobilisés pour arrêter l’auteur de cet acte lâche et barbare", a réagi sur Twitter la présidente (LR) de la région Pays de la Loire Christelle Morançais.

Dupond-Moretti demande de la "fermeté" aux magistrats pour les attaques envers des policiers

Alors qu’une nouvelle attaque touche la police, et une semaine après la manifestation des forces de l’ordre à l’appel des syndicats devant l’Assemblée nationale, le garde des Sceaux, Éric Dupond-Moretti, a enjoint vendredi l’ensemble des magistrats de faire preuve "de fermeté" à l’encontre des personnes reconnues coupables d’attaques contre des policiers. Dans une circulaire adressée aux magistrats et dont l’AFP a obtenu une copie, le ministre de la Justice a souhaité que "les faits les plus graves, dont notamment les violences, commis à l’encontre des forces de sécurité intérieure" fassent "systématiquement" l’objet d’un déferrement au tribunal.

Le ministre de la Justice a également annoncé la création "au sein de chaque parquet" d’un magistrat référent pour les atteintes aux forces de l’ordre. Ce magistrat sera l'"interlocuteur" de la police et de la gendarmerie dans le ressort judiciaire. "Il aura pour mission, notamment, de veiller à les informer sur les suites apportées aux procédures portant sur des atteintes aux forces de sécurité intérieure", a précisé le ministre. Ces référents seront réunis en septembre prochain.

Éric Dupond-Moretti a également souhaité que les procureurs de la République organisent des réunions régulières, "à tout le moins mensuelles", avec les directeurs départementaux de la police et commandants de groupements de la gendarmerie, ou leurs représentants et les chefs des services et unités d’enquête. "Les événements récents ont rappelé à quel point les forces de l’ordre sont exposées dans leurs missions quotidiennes et peuvent faire l’objet de violences très graves du seul fait de leur qualité", a rappelé M. Dupond-Moretti aux magistrats.

"De telles atteintes constituent à la fois des attaques contre les personnes œuvrant au quotidien pour la sécurité des Français et des atteintes portées à la République et à l’autorité de l’État", a-t-il estimé. Il faut une réponse "à la hauteur du trouble causé et de nature à prévenir la réitération de tels faits", a-t-il exigé. Un malaise s’est installé ces derniers mois entre la police et l’institution judiciaire. Les syndicats de policiers ont notamment accusé la justice de faire preuve de laxisme, ce que M. Dupond-Moretti récuse.

Konbini news avec AFP

À voir aussi sur news :