AccueilSociété

Pornhub supprime dix millions de vidéos "non vérifiées"

Publié le

par Pierre Bazin

La plateforme de vidéos pornographiques est au cours d'un vaste scandale d'exploitation sexuelle.

La plateforme Pornhub vient de transformer radicalement son paysage vidéo. Pour rappel, la semaine dernière, une série de scandales a secoué l’industrie pornographique, notamment après la parution d’un bouleversant article du New York Times. Ce dernier relaie les témoignages de victimes présumées expliquant avoir été abusées sexuellement dans leur enfance et que des vidéos de ces actes se seraient retrouvées sur Pornhub.

Pour rappel, depuis le lancement de la plateforme en 2007, n’importe qui pouvait créer un compte et uploader une vidéo pornographique, à l’instar de YouTube. Bien que théoriquement vérifiés par des modérateurs, de nombreux contenus illégaux présentant des actes (réellement) non consentis, parfois sur mineur·e·s, se baladaient en toute impunité sur Pornhub.

Mardi 8 décembre, le site avait décidé d’interdire aux comptes "non vérifiés" (c’est-à-dire non certifiés "manuellement" par Pornhub) de publier des vidéos en attendant une solution plus forte. Cela n’aura toutefois pas suffi à Visa et Mastercard qui ont suspendu, deux jours plus tard, tous leurs accords permettant le paiement en ligne sur le site de vidéos pornographiques.

Acculé, le site sort l’artillerie de suppression lourde

Face à ces décisions évidemment très mauvaises pour le business model du site, Pornhub a décidé de passer au cran supérieur. La plateforme annonce ainsi supprimer des millions de vidéos, précédemment mises en ligne par des utilisateurs "non vérifiés". Une décision historique :

"Dans le cadre de notre politique d’interdiction des uploaders non vérifiés, nous avons également suspendu tout contenu précédemment posté qui n’a pas été créé par des 'partenaires de contenu' ou des membres du programme Model."

Le site héberge aujourd’hui donc des vidéos exclusivement issues de créateurs de contenu vérifiés. Pornhub se targue ainsi d’avoir pris une décision que "ni Youtube, Facebook, Instagram ou TikTok" n’ont encore osé faire.

Après vérification auprès de sites d’archives Internet, Pornhub contenait hier plus de 13,5 millions de vidéos hébergées contre à peine 3 millions de vidéos aujourd’hui.

Capture d’écran du site.

Cela ne signifie toutefois pas que les vidéos sont perdues à tout jamais ou encore supprimées définitivement.

Dans le même temps, le site pornographique annonce lancer dès 2021 une vaste campagne de vérification des uploaders et créateurs de contenu, ce qui pourrait leur permettre de retrouver leurs vidéos "suspendues". Interrogé par Motherboard, le site a expliqué que la mesure de vérification serait bien plus stricte qu’avant puisqu’il s’agissait autrefois de… seulement envoyer un selfie avec son pseudo écrit à la main sur un bout de papier.

Dans le même temps, nos confrères de Vice rappellent que parmi les créateurs de contenu supposément "partenaires de contenu" se trouvent par exemple la chaîne "Girls Do Porn" actuellement poursuivie judiciairement par 22 femmes et dont les propriétaires ont déjà été inculpés pour trafic sexuel.

L’annonce de Pornhub explique de son côté engager la responsabilité de la plateforme entière pour combattre le fléau des vidéos illégales postées sur le Web :

"Dans le monde d’aujourd’hui, toutes les plateformes de médias sociaux partagent la responsabilité de lutter contre le contenu illégal. Les solutions doivent être guidées par des faits réels et de vrais experts […] Nous espérons avoir démontré notre volonté de montrer l’exemple."

À voir aussi sur news :