AccueilSociété

Polémique autour d'un manuel homophobe et sexiste d'un lycée catholique dans le Finistère

Publié le

par Clothilde Bru

© @lecoindeslgbt / Twitter

On y apprend que l'homosexualité est souvent due à des "perversions d'adultes" qui ont provoqué "une peur de l'autre sexe".

Le chef d’établissement d’un lycée catholique du Finistère s’est excusé mardi 1er décembre à la suite d’une polémique née la veille sur les réseaux sociaux de la publication d’extraits, homophobes et sexistes, d’un manuel mis à la disposition des élèves.

"Désolé de cette polémique", écrit Ghislain de Barmon sur la page Facebook du lycée Notre-Dame de Kerbertrand de Quimperlé, précisant que les extraits diffusés proviennent "d’une revue de 72 pages sur l’éducation sentimentale et sexuelle" laissée à la disposition des élèves.

"L’homosexualité résulte souvent d’une évolution psychique marquée par l’influence excessive ou insuffisante du père ou de la mère dans l’enfance ; ou suite à des perversions d’adultes qui ont provoqué une attirance pour le même sexe, ou une peur de l’autre sexe", peut-on lire dans un de ces extraits publié sur Twitter par le compte Le coin des LGBT+.

"Microjupe, nombril à l’air, pantalon taille basse, string, décolleté vertigineux, dos nu – invitent à des suites voluptueuses. Tu passes pour une gamine frivole et disponible. Si on te drague, c’est ton problème", lit-on dans un autre extrait.

Un précédent

La revue "est cousue d’approximations, d’affirmations caricaturales", commente le chef d’établissement, assurant ne pas partager "du tout ce qui est écrit".

Intitulé Pour réussir ta vie sentimentale et sexuelle, le manuel a été écrit par le père Jean-Benoît Casterman et publié pour la première fois en 2006 aux Éditions des béatitudes. 

Sur la page Internet de la maison d’édition, il est indiqué que le père Jean-Benoît Casterman "a été soutenu par la Banque mondiale pour publier la première version de ce document dans le cadre de la lutte contre le sida en Afrique de l’Ouest".

Le manuel avait déjà été au centre d’une polémique similaire en 2017 lorsqu’un élève d’un lycée de Neuilly-sur-Seine s’était plaint d’avoir reçu l’ouvrage dans le cadre de "séances de formation humaine et spirituelle" relevant de la catéchèse, avait rapporté à l’époque Libération.

Konbini news avec AFP

À voir aussi sur news :