© JOHANNES EISELE / AFP

Peu recyclés, encombrants et chers : à Davos, des experts alertent sur les déchets électroniques

"Ça impacte la vie de très nombreuses personnes, en particulier dans les pays en voie de développement."

Avec un poids supérieur à tous les avions de ligne jamais construits et une valeur qui dépasse le PIB de nombreux pays, les déchets électroniques représentent un problème grandissant. Un groupe d’experts avertit sur le sujet et lance un appel pour s’y attaquer.

Le monde produit chaque année près de 50 millions de tonnes de déchets électroniques – téléphones portables, ordinateurs, électroménager… –, dont la valeur est estimée à 55 milliards d’euros et dont seulement environ 20 % sont recyclés.

Publicité

Les Nations Unies et le World Business Council for Sustainable Development (WBCSD), une coalition de plus de 200 entreprises, ont lancé jeudi cet appel à agir contre cette source de pollution à l’occasion du Forum économique mondial de Davos.

"C’est nécessaire car si les choses ne changent pas d’ici 2050, nous aurons annuellement 120 millions de tonnes de déchets", avertit auprès de l’AFP Ruediger Kuehr, spécialiste en déchets électroniques. "Ça aura un impact sur la disponibilité des ressources et ça impacte la vie de très nombreuses personnes, en particulier dans les pays en voie de développement", poursuit-il.

Publicité

Des déchets exportés illégalement vers les pays pauvres

Pour l’instant, le taux de recyclage de ces matériaux est faible car "il n’y a pas de demande, les prix des matières premières permettent toujours de les extraire des mines", explique Ruediger Kuehr. "Technologiquement, il est possible de pratiquement recycler [tous les métaux] mais ce n’est pas économiquement viable."

Publicité

Aujourd’hui, la majorité de ces déchets dangereux, qui contiennent notamment des métaux lourds, finissent dans des décharges ou sont exportés illégalement vers les pays pauvres, ce qui pose des problèmes pour l’environnement et la santé. Le problème va croissant, du fait que de plus en plus d’objets du quotidien contiennent de l’électronique : c'est le cas des jouets, des voitures ou encore des équipements médicaux.

Alors que la guerre aux déchets plastiques est déclarée, les initiateurs de cet appel espèrent que les gouvernements, les entreprises et les consommateurs chercheront des pistes pour réutiliser ces déchets. Un téléphone portable contient en moyenne jusqu’à 60 matériaux différents, dont des plastiques et des métaux. L’extraction des métaux rares qu’il contient requiert toujours plus d’énergie et n’est pas toujours vertueuse sur le plan environnemental.

Konbini avec AFP

Publicité

Par Astrid Van Laer, publié le 25/01/2019

Copié

Pour vous :