AccueilSociété

Paris, Annecy, Grenoble… : heurts et interpellations en marge de la Fête de la musique

Publié le

par Astrid Van Laer

La police disperse la foule lors de la Fête de la musique, place de la République à Paris. 21/06/21 © GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP

Les rassemblements sur la voie publique étant toujours interdits, les forces de l’ordre ont évacué de nombreux lieux hier soir.

Concomitante de la fin de l’obligation du port du masque en extérieur et de la suppression du couvre-feu, l’édition 2021 de la Fête de la musique, particulièrement symbolique de ce retour à la vie dans les rues de l’Hexagone, ne s’est pas déroulée sans heurts.

Dans la capitale lundi soir, les forces de l’ordre ont interpellé 25 personnes à la suite de rassemblements massifs et de heurts, a-t-on appris mardi auprès de la préfecture de police.

Tout au long de la soirée, en différents lieux de la capitale, les 2 300 membres des forces de l’ordre, policiers et gendarmes mobilisés par la préfecture de police sont intervenus pour disperser des rassemblements de plusieurs centaines de personnes. À noter qu’en raison de la pandémie, les rassemblements de plus de dix personnes sont toujours proscrits.

Des heurts ont éclaté en fin de soirée place de la République, où un millier de personnes étaient regroupées. Des projectiles divers et des mortiers d’artifice ont été lancés contre les forces de l’ordre qui ont répliqué aux moyens de gaz lacrymogène, a-t-on expliqué à la préfecture de police. Trois policiers ont été légèrement blessés, a-t-on ajouté.

25 personnes ont été interpellées pour "violences volontaires sur personne dépositaire de l’autorité publique et outrage", et "vol et participation à un groupement en vue de commettre des violences". 46 établissements se sont vu dresser des procès-verbaux pour mise en demeure, a-t-on ajouté.

"Trois policiers blessés"

À Annecy, huit personnes ont été interpellées après qu’un regroupement de jeunes a dégénéré en marge de la Fête de la musique, selon une source policière.

Ce regroupement de "collégiens et lycéens" a débuté vers 21 heures au bord du lac d'Annecy, au niveau de l’esplanade du Pâquier et du centre Bonlieu, où ils étaient "plus de 2 000", a précisé à l’AFP la Direction départementale de la sécurité publique de la Haute-Savoie.

"Au début, c’était un pique-nique dans une très bonne ambiance et puis, petit à petit, ils ont fait des 'battles' de danse qui ont dégénéré visiblement. S’en sont suivies des altercations", a-t-on ajouté. Les forces de l’ordre sont intervenues et ont essuyé "des jets de projectiles" avant de répliquer par des tirs de grenades lacrymogènes, selon la DDSP, qui a dénombré "trois policiers blessés".

Les opérations de maintien de l’ordre se sont poursuivies dans la nuit. La police a notamment constaté des feux de poubelles dans le secteur. "Ce qui s’est passé est aussi inadmissible que lamentable", a réagi mardi matin sur France Bleu le préfet de la Haute-Savoie Alain Espinasse.

Enfin, dans le centre-ville de Grenoble, 200 personnes rassemblées autour d’un fourgon équipé d’un ampli ont été dispersées en début de soirée, tandis qu’au niveau de la place Grenette, où l’ambiance était festive, la police a essuyé un jet de projectile, mais sans faire de blessé ni entraîner d’interpellation. Vers deux heures du matin, la place Grenette et, à proximité, le jardin de Ville, ont été évacués sans incident.

Konbini news avec AFP

À voir aussi sur news :