© YANN COATSALIOU / AFP

featuredImage

"Ce n'est plus acceptable" : bientôt une loi pour un cirque sans animaux sauvages ?

"C'est le moment de mettre fin à tant de souffrance injustifiable !"

"La présence des animaux sauvages dans les cirques n’est plus acceptable" : associations, personnalités et politiques de tous bords s’associent ce samedi pour publier une tribune vidéo afin de demander l’interdiction des animaux sauvages dans les cirques. 

Parmi les participants à la tribune, on retrouve les députés LREM Cédric Villani et LFI Éric Coquerel, et François Ruffin ainsi que la sénatrice Esther Benbassa. Le journaliste Aymeric Caron ou encore l’actrice Hélène de Fougerolles se sont également joints à cet appel adressé au ministre de la Transition écologique et solidaire François de Rugy, qui organise en ce moment des réunions de travail sur le sujet, ainsi qu’à tous les citoyens.

Une démarche évidemment soutenue par un consortium d’associations de défense des droits des animaux telles que L214, One Voice ou encore la Fondation Brigitte Bardot.

Ils s’appuient sur un sondage de l’Ifop pour l’association 30 millions d’amis selon lequel 67 % des Français sont favorables à l’interdiction des animaux sauvages dans les cirques ainsi que sur la recommandation en faveur de l’interdiction de la Fédération des vétérinaires d’Europe.

"Des conditions contre-nature"

L’objectif affiché est d'"exiger une loi pour des cirques sans animaux", en dénonçant "des conditions contre-nature". "Du dressage aux conditions de détention, en passant parfois par la maltraitance et la sous-alimentation, rien ne leur permet d’atteindre un bien-être physique et psychique", déclarent-ils. 

"Il y a la possibilité de faire du cirque, du très beau cirque et de l’excellent sans avoir l’usage des animaux", assure François Ruffin. "C’est le moment de mettre fin à tant de souffrance injustifiable", plaide pour sa part Cédric Villani. 

Pour appuyer leur message, les participants à la tribune proposent plusieurs pistes d’action. En effet, ils demandent aux citoyens qui soutiennent cette cause de manifester devant les mairies et préfectures, de demander à leur comité d’entreprise de ne plus distribuer de places pour les cirques utilisant des animaux sauvages, d’écrire au ministre François de Rugy ainsi que de demander aux écoles de ne plus emmener les élèves en sortie dans des cirques.

Amandine Sanvisens, présidente de l’association Paris Animaux Zoopolis, s’est également jointe à l’appel. La semaine dernière, cette militante contre les cirques animaliers témoignait pour Konbini news et dévoilait des menaces qu’elle avait reçues de la part d’un dirigeant de cirque pour son militantisme, telles que : "Tu vas te retrouver handicapée toute ta vie", ou encore : "Une voiture, ça roule très vite !"

Par Astrid Van Laer, publié le 29/06/2019

Copié