AccueilSociété

Mahamadou Fofana, cousin d'Adama Traoré, meurt après une course-poursuite avec la police

Publié le

par Lila Blumberg

iStock / Getty Images Plus

Une source policière affirme qu'il se serait jeté dans l'eau, des témoins contredisent cette version.

Mahamadou Fofana, âgé de 35 ans, père de deux enfants et cousin d’Adama Traoré, se serait noyé dans la Seine, dans la nuit de dimanche à lundi, suite à une course-poursuite avec les forces de l’ordre.

Selon une source policière, l’homme aurait été pris en chasse dimanche vers 23 heures à Marly-le-Roi (Yvelines) par la police, qui avait repéré cinq hommes en train de charger une moto dans un fourgon. Lors de la poursuite, il aurait stoppé l’utilitaire aux abords de la Seine et se serait jeté dans le fleuve au niveau de l’île de la Loge, a ajouté la police, qui n’a précisé ni l’âge ni l’identité de la victime.

Selon la source policière, essoufflé, il aurait tenté de faire demi-tour pour regagner la berge, mais se serait noyé "à quelques mètres du bord, alors qu’un effectif s’était jeté à l’eau pour le secourir". Puis, sorti de l’eau par les policiers, l’homme aurait été en arrêt cardio-respiratoire. Malgré un massage cardiaque, un médecin a prononcé sa mort peu après minuit.

C’est dans une vidéo postée sur le compte Facebook du comité de soutien à Adama Traoré qu’une femme a affirmé que l’homme noyé était son frère Mahamadou, un "père de famille responsable" de 35 ans. Contactée par Konbini news, Kangne, sœur de Mahamadou, dit avoir du mal à croire que son frère ait pu être impliqué dans un vol de véhicules. Lorsqu’elle essaie de l’imaginer, elle confie "qu’il prenne la fuite OK, mais qu’il se jette dans la Seine, je n’y crois pas du tout. Il était assez intelligent et réfléchi."

La version des policiers contredite par des témoins

Ce qui semble "impensable de sa part" pour sa sœur, a d’ailleurs été contredit par des témoins, selon l’avocat de la famille, maître Bouzrou. 

L’avocat a confirmé à notre rédaction que suite à l’appel à témoins lancé par la famille, "des témoins se sont manifestés et ont dit qu’ils étaient proches de la scène et que l’homme n’a pas sauté dans la Seine".

Il a précisé que "ces témoignages viennent donc contredire la première version donnée par les policiers. C’est la raison pour laquelle nous envisageons de déposer une plainte rapidement afin qu’un juge d’instruction puisse faire toute la lumière sur cette affaire."

Assa Traoré et sa cousine déplorent les messages haineux, racistes ou disant que c’était "bien fait pour lui" qu’elles ont reçus après avoir lancé l’appel à témoins.

Pour la sœur de la victime, ces messages sont "comme si c’était une victoire qu’il soit mort noyé pour avoir échappé à la police".

Assa Traoré, indignée, rappelle que "ce ne sont pas ces faits que l’on doit juger, mais la mort d’un homme. On parle de lui comme un voleur mais c’est une personne qui est morte."

Une autopsie réalisée mardi

L’Inspection générale de la police nationale (IGPN), la "police des polices", a été chargée d’une enquête pour déterminer les causes de la mort du jeune homme, a-t-on appris de source judiciaire. Une autopsie devait avoir lieu mardi, a précisé le parquet de Versailles à l’AFP.

Adama Traoré, un jeune homme noir de 24 ans, est mort en 2016 dans des circonstances controversées, peu après son interpellation par les gendarmes dans le Val-d’Oise. Cette affaire a retrouvé en France un fort écho après la vague planétaire d’indignation suscitée par la mort, en mai aux États-Unis, de George Floyd, un noir tué par un policier blanc.

Konbini news avec AFP

À voir aussi sur news :