Michel Houellebecq, mars 2017. © EDUARDO MUNOZ ALVAREZ / AFP

Le grand n’importe quoi des réseaux sociaux, spécial Michel Houellebecq et Niort

"Le fait que Houellebecq trouve que Niort est l’une des villes les plus laides qu’il lui ait été donné de voir prouve au moins une chose : ce mec n’a jamais été à Saint-Étienne."

Michel Houellebecq, mars 2017. © Eduardo Munoz Alvarez / AFP

Publicité

Il s’était fâché avec l’Islam dans Soumission, mais qui aurait cru qu’il lui suffisait seulement de parler de Niort pour enflammer la Toile ? Dans Sérotonine, Michel Houellebecq égratigne la ville des Deux-Sèvres avec une formule plutôt radicale, qui fait le style cynique et désabusé de l’auteur depuis des années : "C’est dans un état d’exaspération avancé que j’arrivai à Niort, une des villes les plus laides qu’il m’ait été donné de voir". Comme d’habitude, il n’en a pas fallu plus pour qu’une levée de boucliers ait lieu sur Twitter et que l’on s’insurge à tout va. Un joli coup de pub, pour le livre et surtout pour la ville, qui a tout de même engendré certaines réactions au second degré. Petit florilège :

Publicité

Publicité

Publicité

Par Astrid Van Laer, publié le 04/01/2019

Copié

Pour vous :