(c) Arman Zhenikeyev / Getty images

Masturbez-vous : le sage conseil d'une compagnie d'assurance allemande aux insomniaques

La campagne a fait grand bruit de l'autre côté du Rhin.

C’est l’été. Il fait chaud. Et parfois, il est difficile de trouver le sommeil. La compagnie d’assurance allemande Barmer a LA solution. Elle conseille à ses assurés de se masturber pour lutter contre l’insomnie, et réalise en même temps un très joli coup de communication.

Publicité

"La masturbation aide à s’endormir. Si vous n’arrivez pas à vous endormir, mettez simplement votre main là où il faut, ou prenez un jouet, le sommeil viendra tout seul", peut-on lire en marge d’un post publié jeudi 25 juillet sur la page Facebook de la caisse d’assurance.

Le court texte, qui vient légender la photo d’un imposant sextoy vert, a forcément fait réagir. 5 000 partages et tout autant de likes et de commentaires, qui posent la question qui nous brûle les lèvres : la compagnie d’assurance prendra-t-elle en charge l’achat dudit sextoy ?

Le sextoy sera-t-il remboursé ?

Non, évidemment, a précisé Barmer en réponse à ces commentaires intéressés. Interrogé par le quotidien allemand The Spiegel, le directeur de cette compagnie d’assurance allemande a déclaré : "Certains sujets sont encore tabous, alors même qu’ils concernent une grande majorité de personnes." Et d’ajouter qu’il s’agissait juste d’une manière facétieuse de lever ce dernier. 

Publicité

En réalité, ce conseil n’a rien de très révolutionnaire. C’est l’apanage de certains magazines féminins qui expliquent régulièrement pourquoi la masturbation aide à trouver le sommeil. Interrogée par Femme actuelle en 2013, la sexologue Caroline Le Roux expliquait : "Les femmes qui se caressent avant de se coucher dorment d’un sommeil plus calme et plus profond que les autres."

Et MadmoiZelle d’ajouter : "Pendant le sexe, un petit cocktail d’ocytocine, d’endorphine et de sérotonine inonde notre cerveau de joie et de contentement." Bref, cela crée un état de détente qui facilite l’endormissement. À condition de jouir, évidemment.

Par Clothilde Bru, publié le 29/07/2019

Copié

Pour vous :