French Junior Minister attached to the Prime Minister in charge of Gender Equality Marlene Schiappa speaks during a session of questions to the Government at the French National Assembly in Paris, on November 27, 2018. (Photo by CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP)

Marlène Schiappa et Le Journal du hard : polémique après les propos de Christian Estrosi

"Si Le Journal du hard existait encore, peut-être que Mme Schiappa irait."

Marlène Schiappa. (© CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP)

"Ohlala, le sexisme violent", "à vomir", "petite phrase honteuse" ou encore "gros beauf" : sur Twitter, les remarques indignées de ce type se multiplient depuis l’intervention de Christian Estrosi au sujet de Marlène Schiappa ce matin.

Publicité

Interrogé sur Sud Radio au sujet de l’émission du grand débat qui sera coprésentée par Cyril Hanouna et la secrétaire d’État à l’Égalité entre les femmes et les hommes vendredi, l’élu des Républicains a répondu :

"Écoutez, c’est une gadgétisation de la vie politique. Sincèrement, […] le président, me semble-t-il, a voulu redonner de la dignité à la place de chacun, que ce soit le citoyen le plus modeste jusqu’à l’acteur économique ou politique qui compte et qui doit peser pour pouvoir apporter des réponses concrètes à nos concitoyens."

Puis, il a déclaré : "Moi, j’ai de la sympathie pour les émissions de divertissement, je les regarde même, j’ai du respect. Elles sont là pour nous amuser. Si le Journal du hard existait encore, peut-être que Mme Schiappa irait."

Publicité

"Salace et ordurier"

Une intervention qualifiée de "misogyne" par de nombreux internautes. Le secrétaire d’État au numérique, Mounir Mahjoubi a lui aussi rapidement réagi, estimant que "ces phrases balancées à Marlène Schiappa sont autant de gifles envoyées au visage de toutes les filles et les femmes qui les entendent".

Publicité

Pour la secrétaire d’État aux personnes handicapées, Sophie Cluzel, il s’agit d’un "jugement salace et ordurier". "Christian Estrosi a perdu une belle occasion de se taire", a-t-elle ajouté :

En réponse à ces multiples réactions indignées, le maire de Nice s’est exprimé sur Twitter, déclarant : "Marlène Schiappa, si vous avez été choquée par mon interrogation je tiens à m’en excuser mais votre participation à une émission de divertissement contribue à décrédibiliser la vie publique".

Publicité

"Le Journal du hard" a pour sa part tenté de rappeler comme il le pouvait qu’il existe toujours :

Par Astrid Van Laer, publié le 23/01/2019

Copié

Pour vous :