AccueilSociété

Loi sur le bien-être animal : un amendement veut faire du chat une "espèce nuisible"

Publié le

par Clothilde Bru

© oxygen / Getty Images

Pour pouvoir organiser des "battues administratives" en cas de besoin.

Jeudi 8 octobre, l’Assemblée nationale doit examiner une proposition de loi visant à poser les premières mesures interdisant certaines pratiques responsables de souffrances chez les animaux.

Ce texte reprend en bonne partie le projet de Référendum pour les animaux, initié par un collectif de quarante associations et plusieurs personnalités. Dans son viseur, on trouve notamment la chasse à courre, mais aussi d’autres modes de chasse traditionnelle, l’élevage en cage ou les spectacles avec animaux sauvages.

Comme l’a remarqué la Fondation Brigitte Bardot dans un tweet, des députés ont profité de l’examen de ce texte pour déposer un amendement douteux.

"Le chat est un animal prédateur qui participe largement à la diminution significative de certaines espèces animales", pouvait-on lire dans le texte. Et c'était donc pour protéger les "oiseaux" ou encore les "lézards" qu’il aurait fallu classer cet animal de compagnie dans la catégorie des "nuisibles", permettant ainsi aux préfets d’organiser des "battues administratives". 

La revanche des chasseurs ?

Les noms de trois députés figurent sur cet amendement : François-Michel Lambert, Frédérique Dumas et Martine Wonner – trois élus sous l’étiquette La République en marche (LREM), aujourd’hui membres d’un groupe dissident, Libertés et Territoires, formé en 2018.

Pour autant il s'agit "d'une erreur de saisie", a assuré l'entourage de Martine Wonner à Konbini news. De même Frédérique Dumas n'a rien à voir avec cet amendement, nous a précisé François-Michel Lambert qui était donc seul derrière ce texte.

La proposition, qui a depuis été déclarée "irrecevable" en vertu du règlement de l'Assemblée nationale, a déclenché un tollé sur Twitter, d’autant que comme l’a fait remarquer la Fondation Brigitte Bardot, certains y voient planer l’ombre de Willy Schraen, le président de la Fédération des chasseurs.

"Le piégeage du chat à plus de 300 mètres d’une habitation, ce serait une bonne chose", déclarait-il en mai dernier, lors d’un live sur Chassons.com.

De son côté, François-Michel Lambert dément fermement avoir un lien avec le président de la Fédération des chasseurs. "Le seul contact que j'ai eu avec Willy Schraen c'était il y a trois ans à la sortie de l'Assemblée nationale", se souvient-il.

Il est vrai que les chats tuent de nombreux volatiles. D’après la LPO (Ligue pour la protection des oiseaux), environ 75 millions d’oiseaux sont tués chaque année en France.

"La prédation du chat domestique est un phénomène qu’on prend très au sérieux", nous confiait l’association de défense des oiseaux en novembre dernier, alors que des juristes néerlandais voulaient faire appliquer une loi européenne interdisant de laisser son chat sortir en liberté.

Pour autant, il va sans dire que toutes les solutions proposées par la LPO sont respectueuses du bien-être du chat, qu’il s’agisse de l’aménagement du jardin ou d’éviter de le laisser sortir au lever du soleil et à la tombée de la nuit.

* Mis à jour le 8 octobre 2020 À 14h43.

À voir aussi sur news :