(c) bombuscreative / Getty images

Ligue du LOL : son créateur avoue être derrière un compte anonyme de harceleurs

@Foutlamerde était l'un des comptes utilisés par la Ligue du LOL pour harceler des femmes sur Twitter.

(© bombuscreative/Getty images)

Et nous qui pensions que l’heure des aveux avait sonné. Après avoir nié être l’un des contributeurs d’un compte Twitter anonyme, Vincent Glad, le créateur de la Ligue du LOL, est revenu sur sa version des faits.

Publicité

Pour rappel, le journaliste français, à qui l’on doit des articles dans Libération, Slate20 minutes ou encore Konbini, avait nié avoir un rapport avec le compte Twitter @foutlamerde, utilisé il y a une dizaine d’années pour attaquer plusieurs femmes sur Twitter.

"Non, je ne faisais pas partie de @foutlamerde, je ne sais pas qui c’est", jurait le journaliste, interrogé par 20 minutes. Le quotidien national se basait sur le témoignage d’une victime de la Ligue du LOL, Florence Desruol, qui a eu affaire au fameux compte Twitter :

"J’ai été traitée de pute. J’ai été dénigrée. J’ai eu droit à mon photomontage avec ma tête sur une actrice porno posté publiquement. Je ne parvenais plus à ouvrir mon PC ni à lire mes mails. Ils étaient d’abord deux, puis beaucoup plus. Ils ont dit que j’étais folle. J’en ai fait un burn-out de huit mois. Mais il ne reste presque plus aucune trace en ligne, c’est comme si mon harcèlement n’avait pas existé."

Publicité

Elle soupçonne le fondateur de la Ligue du LOL de l’avoir harcelé sur Twitter via plusieurs comptes, dont @foutlamerde. Non, si on en croit la première version du journaliste aux 140 000 followers. C’était sans compter le travail d’enquête de Numerama, qui exhume des preuves qui le confondent.

Le site Web d’actualité aurait retrouvé la trace d’une page personnelle de Vincent Glad, Pearltrees, comme le relate toujours 20 minutes. Sur le site, un lien vers une archive vide, nommée "Naissance de @foutlamerde".

"Je pense avoir posté 15 % à 20 % du contenu"

Vincent Glad s’est alors fendu d’une nouvelle version, quelques heures plus tard :

Publicité

"Concernant @foutlamerde, j’étais effectivement une des six ou sept personnes à avoir le mot de passe du compte. Je pense avoir posté 15 % à 20 % du contenu. J’ai plusieurs fois demandé qu’on ferme le compte parce que ça devenait invivable pour moi, on me soupçonnait d’écrire des tweets que je n’avais pas écrits. Ça n’a pas été fait. C’était une erreur."

Pour rappel, la Ligue du LOL désigne un groupe Facebook créé par Vincent Glad à la fin des années 2000 et composé "d’une trentaine de personnes, pour la plupart issues de nombreuses rédactions parisiennes, du monde de la publicité ou de la communication", selon Libération.

Les membres du groupe avaient pris pour habitude de harceler plusieurs personnes via des tweets publics ou sur Internet, mais aussi par messages privés ou même dans la vraie vie, selon les dires des victimes.

Publicité

Homophobie, sexisme, harcèlement… Les méfaits de la Ligue du LOL ont finalement été mis à jour par Libération vendredi dernier. Vincent Glad s’est vu mettre à pied à titre conservatoire par le journal, où il travaillait, tout comme Alexandre Hervaud, qui faisait également partie du groupe.

Très actif sur Twitter, Vincent Glad n’a plus rien tweeté depuis ses excuses dimanche 10 février.

NDLR : Un collaborateur de Konbini, qui n’est pas journaliste et ne fait pas partie de la rédaction, est cité dans la liste des membres du groupe Facebook "la Ligue du LOL".

À notre connaissance, il n’est pas accusé nominativement d’avoir participé à des actes de harcèlement. Néanmoins, la direction mène actuellement une enquête interne.

Par ailleurs, Vincent Glad a, en tant que pigiste, écrit une dizaine d’articles pour Konbini d’octobre 2014 à avril 2016.

Les rédactions de Konbini News et de Konbini traiteront le sujet de la Ligue du LOL librement et sous tous les angles qu’elles jugeront nécessaires.

Par Clothilde Bru, publié le 13/02/2019

Copié

Pour vous :