(c) Charlie Fong, Wikipedia

Les Chinois avec une mauvaise "note sociale" ne pourront plus prendre l’avion ou le train

Gros bad.

Oui, un peu comme dans Black Mirror. (© Netflix)

Black Mirror l’avait imaginé, la Chine l’a fait : l’empire du Milieu teste la notation de ses citoyens en fonction de leurs comportements en société. Prochainement, l’accès à certains transports pourra ainsi être refusé à ceux qui ont écopé d’une mauvaise "note sociale".

Publicité

Le gouvernement l’a annoncé le 2 mars, dans le cadre d’un projet plus large imaginé par Xi Jinping visant à créer un "crédit social" fondé sur la fiabilité des Chinois. Le principe est simple : "Indigne de confiance une fois, à jamais restreint", détaille l’avis relayé par l’agence de presse Reuters.

À partir du 1er mai, dans le cadre d’un grand test, l’accès aux avions et aux trains sera interdit aux personnes avec une mauvaise note. Les motifs de disgrâce sont nombreux : fumer dans un train, perturber un vol en évoquant une attaque terroriste, présenter un titre de transport périmé, ou encore ne pas régler une amende. Un score personnel trop bas pourra justifier une inscription sur une"liste noire", assortie de l’interdiction d’acheter des billets d’avion ou de train pendant un an, comme le rapporte BFM.

Tous les moyens sont bons pour récolter les informations nécessaires à l’établissement de ce crédit. Selon Franceinfo, le gouvernement récupère les données collectées par les sites marchands, les services de partage de vélos ou encore les applications de communication comme WeChat.

Publicité

Le système devrait être pleinement mis en place en 2020. Cependant, il pourrait bien être déjà actif. Début 2017, la Cour populaire suprême du pays avait déclaré que 6,15 millions de citoyens chinois avaient été interdits de prendre l’avion pour incivisme.

Par Clothilde Bru, publié le 19/03/2018

Copié

Pour vous :