© ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / ARCHIVES / AFP

Le rosé pamp' sera bel et bien taxé

Au même titre que tous les vins aromatisés dits "prémix".

L’amendement permettant de taxer les "prémix", des boissons déjà préparées mixant du vin et du sirop aromatisé, telles que le rosé pamplemousse ou le blanc-pêche, a été adopté cette nuit en commission à l’Assemblée.

Ces vins aromatisés, moins chargés en alcool, généralement destinés aux jeunes, sont de fidèles alliés de l’apéritif estival en cas de petit budget ou si l’on souhaite boire des boissons moins alcoolisées. 

Publicité

L’amendement proposant de les taxer avait été proposé par la députée Audrey Dufeu Schubert, élue LREM de la 8e circonscription de Loire-Atlantique et membre de la commission des affaires sociales dans le cadre du projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour l’année 2020.

Son argumentaire consistait justement à expliquer que cette taxe permettrait de prévenir l’addiction à l’alcool chez les jeunes :

"Nous devons vraiment avoir un engagement et une responsabilité vis-à-vis des publics jeunes qui sont plus attirés par ce type de prémix."

Publicité

Cette taxe sera de trois euros par décilitre d’alcool pur. À titre de comparaison, les boissons "prémix" plus fortes, à base d’alcool autre que le vin, sont quant à elles déjà taxées, et ce à hauteur de onze euros par décilitre d’alcool pur. La ministre de la Santé et des Solidarités Agnès Buzyn a expliqué qu’elle ne voyait pas pourquoi certaines boissons seraient exemptes d’une taxe.

Cet après-midi, la députée Dufeu Schubert s’est félicitée, évoquant une "belle victoire" qui devrait aider à "la prévention des addictions".

Publicité

Par Astrid Van Laer, publié le 24/10/2019

Copié

Pour vous :