JEFF PACHOUD / AFP

Les résultats des élections municipales

L'élection se termine avec un taux d'abstention record, et questionne la tenue d'un second tour

Le premier tour des élections municipales, bouleversé par la pandémie du coronavirus, s'est terminé ce dimanche soir à 20H00 sur un taux d'abstention record, entre 53,5 et 56% selon les estimations des instituts de sondage.

Un chiffre historique pour un scrutin généralement mobilisateur chez les Français, en dépit d'une lente érosion d'un mandat à l'autre : en 2014, l'abstention avait été de 36,45% au 1er tour, 33,46% en 2008 et 32,6% en 2001. Une forte interrogation pèse désormais sur la tenue du second tour, dimanche prochain, dans un pays où l'épidémie n'en est qu'à ses débuts, selon tous les spécialistes. Le ministre de la Santé Olivier Véran a précisé que la décision de tenir ou de reporter le second tour serait prise "sans doute mardi" par l'exécutif, sur la base des recommandations du Conseil scientifique.

Publicité

 

Alors que les résultats des grandes villes (Paris, Lyon, Marseille...) qui concentrent les enjeux politiques sont attendus plus tard dans la soirée, les regards sont tournés vers Le Havre, fief d'Edouard Philippe, où celui-ci est selon une estimation mis en ballottage avec 43% des voix par le communiste Jean-Paul Lecoq (34%).

Autre membre du gouvernement, le ministre de l'Action et des Comptes publics Gérald Darmanin, tête de liste à Tourcoing (Nord), a été réélu dès le 1er tour. A Vernon (Eure), le ministre des Collectivités Sébastien Lecornu, en 3e position sur la liste, n'aura pas non plus besoin de deuxième tour. Tout comme Franck Riester à Coulommiers (Seine-et-Marne). Le ministre de la Culture est toujours à l'isolement après avoir été contaminé au coronavirus.

Publicité

A Perpignan le RN Louis Aliot (33%-36,5%) devance le candidat LR Jean-Marc Pujol (18,8-20%). Le RN a aussi fait réelire David Rachline à Fréjus, ainsi que Steeve Briois à Hénin-Beaumont.

A Lille, Martine Aubry (PS, 29-30%) devance les candidats Stéphane Baly (EELV, 23-23,5%) et Violette Spillebout (LREM, 17-18,1%), selon les estimations de plusieurs instituts.

La barre relativement basse (10% des suffrages exprimés au 1er tour), au-dessus de laquelle une liste peut se maintenir, devrait se traduire par une multiplication des triangulaires, voire des quadrangulaires, au second tour.

Publicité

 

Un report du second tour ?

 

Plusieurs personnalités politiques appellent au report du second tour, dont le chef des députés LR Damien Abad, Yannick Jadot (EELV) et François Ruffin (LFI). Pour Marine le Pen, "il faut considérer acquises" les victoires au 1er tour et reporter le second.

Publicité

Selon le constitutionnaliste Didier Maus, interrogé par l'AFP, un report du second tour conduirait à annuler le résultat du premier tour, et obligerait les électeurs à revoter pour les deux tours.

Les candidats autorisés à se maintenir auront jusqu'à mardi 18H00 pour trouver des alliés ou fusionner leurs listes en vue du second tour. S'il a lieu.

 

Konbini News, avec AFP.

Par Konbini News, publié le 15/03/2020