AccueilSociété

Covid-19 : le plan du gouvernement pour lutter contre la résurgence de l'épidémie

Publié le

par Clothilde Bru

© Capture Twitter / @JeanCASTEX

"Notre stratégie ne varie pas."

Jean Castex a tenu une conférence de presse ce vendredi 11 septembre, en fin d’après-midi, pour annoncer de nouvelles mesures visant à contenir la résurgence de l’épidémie de coronavirus en France. Depuis plusieurs semaines, le nombre de personnes positives augmente : 10 000 cas ont été enregistrés en 24 heures jeudi 10 septembre, rapporte l’AFP.

Cette prise de parole fait suite à un Conseil de défense réuni vendredi matin autour du président de la République. Le Premier ministre s’est exprimé depuis l’hôtel de Matignon, où il est à l’isolement après avoir été en contact avec un porteur du coronavirus.

En préambule, ce dernier a reconnu que la France faisait face à une "dégradation manifeste" de la situation. Quelques minutes plus tard, il a attribué ce rebond au "relâchement de l’été."

C’est l’augmentation des hospitalisations qui inquiète particulièrement le gouvernement, a précisé Jean Castex. C’est "la première fois depuis de longues semaines", a-t-il reconnu. Selon lui, c’est le même type de patients qui est actuellement pris en charge dans les hôpitaux qu’au mois de mars, soit des personnes âgées.

"Il n’y a pas de ligne Maginot", a tranché Jean Castex. Comprenez que le virus finit toujours par toucher les personnes les plus vulnérables.

Sept jours d’isolement

Certains redoutaient une fermeture des restaurants, l’interdiction de se réunir en grands groupes, voire un nouveau confinement. Ces hypothèses ont rapidement été balayées par le chef du gouvernement, pour qui la priorité est de "lutter contre le virus sans mettre entre parenthèses la vie sociale, culturelle, économique, l’éducation de nos enfants."

"Notre stratégie ne varie pas", a-t-il ajouté, avant de rappeler l’importance des gestes barrières : se laver les mains et porter un masque.

L’autre pilier de la stratégie du gouvernement tient au "dépistage massif pour casser les chaînes de contamination", a détaillé le Premier ministre, avant de rappeler que la France réalise chaque semaine un million de tests, ce qui fait d’elle le troisième pays qui teste le plus en Europe.

Pour autant, il a reconnu que les délais d’attente sont trop longs.

Des créneaux seront donc prochainement réservés aux personnes prioritaires. Il a rappelé qu’il s’agissait de celles et ceux ayant des symptômes, des cas contacts et membres du personnel soignant ou assimilés. Dans les grandes villes particulièrement saturées, des tentes de dépistage viendront en renfort des laboratoires.

Le Premier ministre a également annoncé le recrutement de 2 000 agents supplémentaires aux sein de l’ARS (agence régionale de santé) et de l’Assurance maladie pour réaliser le traçage de la contamination.

Il a également confirmé que la durée d’isolement sera ramenée à sept jours. 

Enfin, et alors que 42 départements sont classés rouge, Jean Castex a pointé du doigt les cas de Marseille, de Bordeaux et de la Guadeloupe, où l’évolution du virus est "préoccupante, notamment chez les plus âgés". Des mesures complémentaires seront donc communiquées dès la semaine prochaine pour ces territoires.

À voir aussi sur news :