© BSIP/Universal Images Group via Getty Images

Le paquet de cigarettes atteindra bien les 10 euros en 2020

Et aucun remboursement de la cigarette électronique n'est prévu à ce jour, a précisé la ministre.

Agnès Buzyn l’a confirmé ce matin : le prix du paquet de cigarettes va atteindre la barre symbolique des dix euros, et ce dès la fin de l’année 2020. La ministre de la Santé et des Solidarités était invitée sur RMC et BFMTV ce matin et cette dernière en a profité pour confirmer l’information, précisant qu’une augmentation de 50 centimes était d’ores et déjà prévue au 1er novembre 2019.

Elle a assuré que pour lutter contre le tabagisme et les problèmes sanitaires qui y sont liés, la politique de hausse des prix "portait ses fruits" :

Publicité

"Les résultats sont au rendez-vous, c’est-à-dire que l’ensemble des mesures prises pour lutter contre le tabagisme, le fait que les patchs pour l’arrêt soient remboursés par la Sécurité sociale, par exemple, l’augmentation des prix du tabac, autre exemple, font qu’aujourd’hui il y a de moins en moins de jeunes qui rentrent dans le tabagisme et il y a de plus en plus de personnes qui arrêtent.

Il y a eu près de 1,5 million de fumeurs de moins en un an, entre 2017 et 2018."

La ministre a également expliqué que la cigarette électronique ne serait pour autant pas remboursée : "Pas de vapotage, parce que même si c’est utile aujourd’hui à l’arrêt, on n’est pas totalement tranquilles sur la toxicité à long terme." Avant d’ajouter :

"Et puis beaucoup de gens n’arrêtent pas de fumer [en vapotant], fument juste un peu moins. Or l’objectif, c’est vraiment l’arrêt du tabac complet. C’est ça qui est bon pour nos poumons, ce n’est pas de fumer moins."

Publicité

Publicité

Avant même son élection à la présidence de la République, le candidat Emmanuel Macron avait annoncé son intention d’augmenter le prix du paquet de cigarettes pour le faire passer à 10 euros. Il avait alors expliqué : "C’est une frontière symbolique qui me convient tout à fait et j’y suis tout à fait prêt."

Par Astrid Van Laer, publié le 23/10/2019

Copié

Pour vous :