© LUDOVIC MARIN / AFP et © Foc Kan / WireImage

Le ministre du Logement répond à Blanche Gardin

Dans une lettre cinglante, l'humoriste avait vivement critiqué le gouvernement "qui ne tient pas ses promesses".

Dans une lettre ouverte publiée hier sur les réseaux sociaux et partagée plus de 72 000 fois, Blanche Gardin a catégoriquement refusé une décoration honorifique du ministère de la Culture.

L’artiste a expliqué dans un long argumentaire qu’elle trouverait "illogique" d’accepter une récompense d’un gouvernement qui n’applique pas une politique permettant de lutter contre le mal-logement, une cause pour laquelle elle s’est plusieurs fois engagée.

Publicité

Cette lettre a fait vivement réagir, et ce jusqu’au sein du gouvernement. Dans la soirée, Julien Denormandie lui a répondu, là encore sous la forme d’une lettre ouverte, publiée sur Twitter et introduite ainsi :

"Mme Blanche Gardin, je me permets de répondre à votre post qui m’a interpellé. En tant que Ministre du logement je lutte sans relâche à tous les instants contre l’exclusion sous toutes ses formes, contre ces phénomènes de misère qui nous interrogent sur notre capacité à protéger."

@

Publicité

Dans sa missive, l’humoriste avait notamment reproché au gouvernement la baisse de nombreuses aides sociales telles que les APL, ce à quoi Julien Denormandie lui a rétorqué : "Soyez assurée que la détermination de l’État est totale avec un budget en hausse de 15 % en deux ans."

"Vous déclarez que rien ne serait fait pour l’hébergement d’urgence depuis deux ans. [Cet avis, je] ne le partage pas", appuie-t-il ensuite, avant de poursuivre :

"Depuis mai 2017, nous avons ouvert et pérennisé 14 000 nouvelles places d’hébergement d’urgence. Je ne m’en félicite pas, car cela traduit des tensions d’une intensité exceptionnelle […]. Mais il ne s’agit pas que d’ouvrir des places. Il s’agit surtout de mieux accompagner les personnes en détresse et d’aller à leur contact".

Publicité

Pour l’heure, Blanche Gardin n’a pas réagi à la réponse du ministre. Cependant, la bataille de l’opinion semble gagnée pour l’humoriste, vivement soutenue par plusieurs associations, dont la Fondation Abbé Pierre.

Mais il reste à savoir si cette joute verbale 2.0 aura de réelles conséquences, et si les promesses du ministre – qui a conclu sa réponse en indiquant que "tant qu’il y aura encore des personnes à la rue, les efforts devront continuer et le combat contre la pauvreté sera mené avec force" –, seront réellement suivies d’effets.

Par Astrid Van Laer, publié le 04/04/2019

Copié

Pour vous :