AccueilSociété

Le groupe Kärcher demande à Valérie Pécresse d’arrêter d’utiliser son nom "de manière inappropriée"

Publié le

par Konbini News

© Christophe ARCHAMBAULT/AFP

Et demande aux personnalités politiques et aux médias de cesser immédiatement tout usage de la marque dans la sphère politique.

Le groupe Kärcher a demandé mardi 11 janvier l’arrêt "immédiat de tout usage de sa marque" déposée, dans la sphère politique, déplorant les propos "déplacés" de la candidate à la présidentielle Valérie Pécresse, dans un communiqué.

"Il faut ressortir le Kärcher car il a été remis à la cave par François Hollande et Emmanuel Macron depuis dix ans", a déclaré la candidate LR jeudi dernier lors d’un déplacement. Ce terme avait été utilisé en 2005 par Nicolas Sarkozy - ministre de l’Intérieur et pas encore président - qui avait affirmé vouloir nettoyer la "racaille" au "Kärcher", une marque de nettoyeurs à haute pression d’eau.

Mardi, l’entreprise a souhaité "réagir aux propos déplacés et réitérés de Madame Valérie Pécresse, candidate à l’élection présidentielle, qui a utilisé à plusieurs reprises la marque Kärcher de manière inappropriée".

Le groupe "demande aux personnalités politiques et aux médias de cesser immédiatement tout usage de sa marque dans la sphère politique, qui porte atteinte à sa marque et aux valeurs de l’entreprise", rappelant que Kärcher "est une marque déposée de la société Alfred Kärcher SE & Co KG, maison mère de la filiale française Kärcher".

Créé en 1935 et dont la maison mère est basée en Allemagne, le groupe souligne qu’il "se bat, depuis des années, pour que sa marque ne soit pas exploitée sur la scène politique française, où elle n’a pas sa place et s’oppose à ce qu’elle soit associée à tout parti ou courant politique". Il ajoute dans son communiqué :

"La marque Kärcher n’est 'l’étendard' d’aucun parti politique, mais la propriété exclusive des sociétés Kärcher. Elle ne peut et ne doit être utilisée que pour désigner les produits des sociétés Kärcher. Le groupe Kärcher déplore ainsi la méconnaissance par certaines personnalités politiques du respect de ses droits."

Les usages "inappropriés" de sa marque "sont d’autant plus préjudiciables" qu’ils l’associent "à la violence et à l’insécurité, alors que l’entreprise se dédie au nettoyage" et "défend aussi des valeurs citoyennes fortes, notamment en menant une politique active de mécénat culturel et intervient sur des chantiers de grande ampleur", déplore encore le groupe.

En 2007, la société avait déjà dénoncé "l’utilisation répétée" de sa marque dans la campagne électorale et écrit aux candidats à la présidentielle pour les mettre en garde contre une utilisation abusive de son nom.

Konbini news avec AFP

À voir aussi sur news :