Édouard Philippe a présenté aujourd’hui les nouvelles mesures sur l’immigration, le 6 novembre 2019 à Matignon. © DOMINIQUE FAGET / POOL / AFP

Le gouvernement veut "reprendre le contrôle de la politique migratoire"

Le Premier ministre a dévoilé ses mesures sur l'immigration, évoquant un plan d'ensemble "entre ouverture et fermeté".

Quotas d’immigrés pour certains emplois, trois mois de carence pour les demandeurs d’asile avant d’accéder à la Sécu de base, Édouard Philippe a détaillé ce mercredi ses mesures sur l’immigration, déjà largement dévoilées et controversées. "Nous voulons reprendre le contrôle de notre politique migratoire" et "assurer un juste équilibre entre les droits et les devoirs", a déclaré le chef du gouvernement.

Ces décisions ponctuent une longue séquence initialement voulue par l’exécutif, désireux de ne pas laisser ce thème à la droite et l’extrême droite, mais qui a dévié ces dernières semaines, notamment sur le port du voile et la laïcité.

Publicité

Le Premier ministre devrait présenter, à l’issue d’un Comité interministériel sur l’immigration, une vingtaine de mesures déjà exposées lundi soir à une partie de la majorité présidentielle et qui ont largement fuité.

Parmi les plus controversées, figure l’instauration de "quotas" ou "objectifs chiffrés" d’immigrés "professionnels" qui vont être fixés chaque année, dès l’été 2020, pour que la "France recrute" en fonction de ses besoins de travail, a expliqué mardi la ministre du Travail, Muriel Pénicaud.

Mercredi matin, la ministre de la Justice Nicole Belloubet a, elle, estimé que les quotas ne pouvaient "pas être la seule réponse" à la question, soulignant que "la France doit rester une terre d’accueil".

Publicité

Sont prévues aussi l’instauration d’un délai de carence de trois mois avant que les demandeurs d’asile ne puissent accéder à la Protection universelle maladie (PUMa, la sécurité sociale de base), et la nécessité d’un accord préalable de la Sécu pour certains actes non urgents dans le cadre de l’Aide médicale d’État (AME).

Quatre semaines après le premier débat annuel au Parlement sur l’immigration, Édouard Philippe a insisté mardi sur un plan d’ensemble qui se veut entre "ouverture" et "fermeté", avant un nouveau débat en 2020 pour évaluer l’impact des mesures.

Le sujet des quotas en matière d’immigration a resurgi en janvier, en pleine crise des gilets jaunes, lorsque Emmanuel Macron, pourtant longtemps opposé à cette idée, avait évoqué dans sa lettre aux Français des "objectifs annuels".

Publicité

Marine Le Pen dénonce un "enfumage"

Le nombre de titres de séjours délivrés pour des raisons économiques, qui ont été au nombre d’un peu plus de 33 500 en 2018, ne représente qu’une petite partie des quelque 255 956 titres octroyés en 2018, selon les chiffres officiels provisoires.

Ce qui a conduit le Rassemblement national à crier à "l’escroquerie politique". La présidente du Rassemblement national, Marine Le Pen, a dénoncé "un enfumage généralisé" qui amène, selon elle, à "encore plus d’immigration".

Un sentiment partagé au sein des Républicains, qui s’interrogent, comme leur président Christian Jacob, sur un éventuel "affichage", soulignant que LR est pour "pour une approche globale" de la question.

Publicité

La droite, qui avait déjà porté en 2007 cette idée avec l’ex-président Nicolas Sarkozy, l’avait finalement abandonnée après un rapport en 2014 qui avait conclu à son inefficacité.

"Est-ce qu’avec six millions de chômeurs, l’urgence ce n’est pas de trouver de l’emploi aux Français ?", a affirmé mardi soir Marine Le Pen sur Franceinfo.

Le président du Medef, Geoffroy Roux de Bézieux, s’est dit mercredi favorable à des quotas afin que le recrutement d’étrangers "soit beaucoup plus transparent, objectif, professionnel, planifié" en fonction des besoins de l’économie française.

Du côté des Verts, la crainte d’un "subterfuge"

Yannick Jadot (EELV) s’est quant à lui dit prêt à discuter des quotas s’ils permettent de "sortir du fantasme que nous sommes envahis" tout en espérant que ce ne sera pas un "subterfuge" du gouvernement "pour ne pas parler" des préoccupations sociales des Français.

La gauche accuse Emmanuel Macron de droitiser sa politique pour séduire un électorat qui s’est éloigné de LR. Le monde syndical a lui aussi fait part de plusieurs critiques. À l’instar de Laurent Berger, le secrétaire général de la CFDT, qui s’est dit "choqué" par ces mesures, regrettant qu’on n’écoute pas plus les associations d’aide aux migrants et exclus qui, pour leur part, ont dénoncé des mesures "inutiles", voire "dangereuses".

Le chef de l’État est aussi accusé d’alimenter des débats qui feraient le jeu de Marine Le Pen, donnée au coude-à-coude avec lui au premier tour en 2022 par deux récents sondages. "Macron a choisi son assurance vie : elle s’appelle Marine Le Pen", a affirmé mardi le député PCF Sébastien Jumel.

En déplacement à Pékin, le président de la République s’est exprimé, déclarant : "J’ai fixé un cap, le gouvernement l’applique."

Konbini news avec AFP

Par Astrid Van Laer, publié le 06/11/2019

Copié

Pour vous :