© JEFF HAYNES / AFP

Le cancer devient la première cause de mortalité dans les pays riches

Et c'est plutôt une bonne nouvelle.

Le cancer vient officiellement de détrôner les maladies cardiovasculaires : selon une étude publiée ce mardi 3 septembre dans la revue scientifique The Lancet, il est devenu la première cause de mortalité dans les pays riches. Et c’est plutôt une bonne nouvelle pour le magazine Sciences et Avenir qui a analysé les résultats de cette enquête d’une ampleur inédite, publiée en deux volets.

En réalité, et contrairement à ce qu’on serait tenté de penser, cela ne signifie pas que les cancers ont augmenté. Cela signifie seulement que le nombre de maladies cardiovasculaires (infarctus, accidents vasculaires cérébraux, etc.) a baissé dans les pays riches ces dernières années. L’étude a été menée dans 21 pays (la France n’en fait pas partie), sur quelque 160 000 personnes, de 2006 à 2015.

Publicité

Et bientôt première cause de mortalité dans le monde ?

Publicité

Dans le reste du monde, en revanche, les maladies cardiovasculaires restent la première cause de mortalité. Dans les pays pauvres, c’est encore pire : les habitants des régions les moins favorisées ont 2,5 fois plus de chances de mourir d’une maladie cardiaque que ceux des pays riches.

Les maladies cardiovasculaires sont liées à des facteurs dits "modifiables", comme l’obésité, le tabac ou encore la sédentarité. Il est donc possible d’agir dessus. Pour cette raison, les auteurs de l’étude gagent que le cancer va devenir la première cause de mortalité dans le monde entier d’ici quelques décennies – même si beaucoup devront évidemment changer leurs habitudes.

"Un changement de cap s’impose pour atténuer l’impact disproportionné des maladies cardiovasculaires dans les pays à revenu faible et moyen", souligne auprès de l’AFP Salim Yusuf, professeur de médecine à l’Université McMaster.

Publicité

Par Clothilde Bru, publié le 03/09/2019

Copié

Pour vous :