L'architecte syrien traité de "lâche" par un employeur a décroché un contrat

Et selon ses dires, ça se passe "trop bien".

L'histoire d'Omar avait provoqué une vive polémique en mars dernier. Le jeune homme, un réfugié syrien de 28 ans, titulaire d'un Bac +5 et diplômé en architecture, avait postulé à une offre d'emploi dans un cabinet d'architectes bordelais, le cabinet KDA, et s'était vu répondre de manière très acerbe :

"Bonjour, vous n’avez pas d’expérience, et nous recherchons des personnes productives et expérimentées (au moins 5 ans) sur Autocad Architecture 2015.

Quan[t] au fait que vous ayez quitté votre pays parce qu’il était en guerre, il eût mieux valu ne pas être lâche et rester pour le défendre.

Bonne continuation."

Publicité

Le jeune homme avait décidé de poster une capture d'écran de cette réponse sur les réseaux sociaux. Une publication qui avait provoqué une vague de solidarité. Il nous avait alors expliqué avoir été "très choqué" et ne pas comprendre un tel retour. Un mois et demi plus tard, il semble être bien loin de Bordeaux et de ce mauvais souvenir puisqu'il a décroché un contrat en Auvergne Rhône-Alpes.

Joint par téléphone, Omar semble ravi de son nouvel emploi. Il a été engagé pour un CDD d'un an dans un cabinet d'architectes dont il souhaite taire le nom, dans la région de Courchevel. Il nous explique que sa nouvelle employeuse l'a contacté après avoir entendu parler de sa mésaventure pour lui proposer un entretien. Visiblement épanoui, il nous informe que ça se passe "trop bien [sic]" dans son nouvel environnement de travail.

Pour l'heure, la plainte qui a été déposée contre KDA est toujours en cours. À l'époque, le cabinet d'architectes avait plaidé un possible piratage informatique. 

Publicité

Par Astrid Van Laer, publié le 26/04/2019

Copié

Pour vous :